Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Et après on se plaint que je me plains

14 Février 2009, 19:30pm

Publié par L

L'avantage (le seul ?) de la Saint Valentin, c'est que tous les libraires ressortent de sous les fagots tous les livres « Oulalaaaaaaaaa » (à dire avec une voix de pin-up) qu'ils ont en rayon, pour les mettre en tête de gondole ou sur leurs devantures.
Tous, même la petite libraire paumé de mon ancien petit quartier (oui, tout est petit là-bas, même le monde).

Du coup, tu n'a plus à devoir te taper la honte à aller graboter dans les tréfonds du magasin, dédiés à ce genre de littérature, car même si il n'est pas clairement étiqueté, les autres clients qui eux aussi ont déjà eu affaire à ce rayon te lance des « Ah, elle lit ce genre de chose... » avec leur yeux.
Même message mental lors du passage en caisse où la vendeuse (ou pire, le vendeur) pense tellement fort « Eh bah ! Elle lit ça elle ?! On me l'aurait dit que je l'aurais pas cru » que tu pourrais presque l'entendre distinctement (la serveuse est née avec une gueule de sainte-ni-touche, qu'est-ce que vous voulez qu'elle y fasse...).
Là au moins, avec l'approche du 14 février, ça vous donne une excuse toute faite.

Je suis donc passée dans cette petite librairie, passant le peu de monnaie qui me restait dans ça et d'autres merdouilles littéraires.
Puis quelques jours plus tard, repassant par hasard dans ce même quartier, je croise une amie de ma mère Mme. M., pipelette inarrêtable dont je n'avais plus trop de nouvelles... ma mère non plus d'ailleurs, me semble-t-il. Après les habituels banalités d'usage (du type « Ca va ? Moi ça va, et toi ça va ? Ca va aussi »), la conversation s'engage sur je ne sais plus quel sujet hyyyyyyper intéressant. Quand soudain, comme si elle venait de se rappeler ce qu'elle voulait me dire au départ, me sort tout de go et toute excitée : « Alors ça y est ?! Y parait que tu t'es ENFIN trouver un copain ! »
- « ... » -_-", saleté de vendeur de bouquins, pensa-t-elle.

Je crois que la prochaine fois je retournerai dans les mégastores...



Le mot La citation de la fin :

« Ne dites pas : j'ai douze godemichés dans mon tiroir.
Dites : je ne m'ennuie jamais toute seule. »

Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons d'éducation, de Pierre Louÿs

Commenter cet article

Koma 18/02/2009 13:12

Je suis à 100% avec toi xD Pour le coup des romans j'ai vécu ça aussi, quand j'ai pris la série "La Cummunauté du sud" qui est limite comparé aux Arlequin -_- Enfin bref, on s'en fout on fais ce qu'on veut, non mais ! >.

Gaetan 15/02/2009 14:28

Viendez rejoindre mon club de célibataires (pas encore) completement désesperés...fete commerciale de merde xD

Ashtray-girl7 15/02/2009 01:16

Arf! Je déteste aussi. On dirait que, tant qu'on est pas casé, c'est LE sujet qui revient sans cesse, et LA question terrible qui tombe comme un couperet chaque fois: "Alors, les z"amours?" Ce qui donne au choix des envies de meutres ou des envies de suicides, oui. Heureusement qu'il existe des petits riens comme ta citation de fin pour refiler le sourire et se dire que, vaille que vaille...

Pisinat 14/02/2009 22:05

coco que tes paroles puissent être profétiques !! (lulu, j'suis 100% solidaire avec toi pour le coup ! lol)J'adore ta citation de la fin ! mdr

Lulu 21/02/2009 15:12


Merci de ton soutien. ^^


coco 14/02/2009 21:06

jme disais bien ... ne desespère pas lulu, le prince charmant sait se faire attendre... :)  bon un peu trop parfois mais il existe, et puis s'il pointe pas le bout de son nez faudra allez le chercher par la peau du cul non mais

Lulu 17/02/2009 17:03


Le prince charmand n'existe pas (comme dirai la chanson), il n'existe que dans les livres (Edward? Darcy? Where are you????), hélas oh grand hélas...
Mais bon, je cherche pas beaucoup non plus, donc c'est vrai que ça n'aide pas. ^^"