Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

La solitude des nombres premiers, de Paolo Giordano

17 Avril 2009, 23:10pm

Publié par L

Présentation de l'éditeur :
Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair.
Mattia
, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est persuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres.
De l'adolescence à l'âge adulte, leurs existences ne cesseront de se croiser, de s'effleurer et de s'éloigner dans l'effort d'effacer les obstacles qui les séparent. Paolo Giordano scrute avec une troublante précision les sentiments de ses personnages qui peinent à grandir et à trouver leur place dans la vie. Ces adolescents à la fois violents et fragiles, durs et tendres, brillants et désespérés continueront longtemps à nous habiter.


Mon avis : J'ai découvert ce livre grâce à Chez les filles (que je remercie d'ailleurs). Ce roman me laisse un sentiment mitigé. D'un côté une histoire intéressante et des personnages forts. Tous deux seuls, malgré le monde qui les entoure et la présence de l'autre. Tout deux souffrent et ne trouvent de remède à leurs maux. Cette souffrance est bien dépeinte. On suit les protagonistes sur de nombreuses années, avec l'évolution (positive ou non) du gouffre présent dans leur coeur et les moyens qu'ils ont trouvés pour y faire fasse.
Le jeu se gâte lorsque nos héros deviennent adultes. Le rythme s'essouffle. Les clichés se suivent quelques peu. Et la fin me laisse dubitative. Dommage car ça avait plutôt bien commencé. On pourrait aussi reprocher à la narration d'être assez froide et distante, ce qui empêche de s'identifier pleinement aux personnages.
C'est le premier livre de l'auteur (beau gosse d'ailleurs, ça fait beaucoup glousser les bloggeuses - moi y compris), donc ce n'est peux être pas si mal dans l'ensemble. Mais ça ne marque pas énormément les esprits non plus.


Extraits :

La première phrase :
" Alice Della Rocca détestait l'école de ski. Elle détestait le réveil à sept heures et demie du matin y compris pendant les vacances de Noël et son père qui l'observait pendant le petit déjeuner, agitant nerveusement la jambe sous la table comme pour signifier allez, dépêche-toi."

" Mattia pensa que sa tête n'avait rien d'enviable. Qu'il l'aurait volontiers dévissée et remplacée par une autre ou par une boîte de biscuits pourvu qu'elle fut vide et légère. Il s'apprêtait à répondre qu'avoir un esprit particulier est la pire des cages qui soit, mais il se ravisa. "

" Les autres furent les premiers à remarquer ce qu'Alice et Mattia ne comprirent qu'au bout de nombreuses années. Ils pénétrèrent dans la pièce main dans la main. Ils ne souriaient pas, leurs regards suivaient des trajectoires différentes, mais on aurait dit que leurs corps coulaient l'un dans l'autre à travers leurs bras et leurs doigts joints.
Le contraste prononcé que formaient les cheveux clairs d'Alice autour de son visage trop pâle et les cheveux foncés de Mattia retombant sur ses yeux noirs s'anéantissait dans cet arc subtil. Il y avait entre eux un espace commun dont les confins n'étaient pas bien tracés, où rien ne semblait manquer et où l'air paraissait inerte, tranquille.
Alice précédait d'un pas Mattia, dont la faible traction équilibrait sa démarche, effaçant les imperfections de sa jambe défectueuse. Le garçon se laissait transporter, et ses pieds ne produisaient pas de bruit sur le carrelage. Ses cicatrices étaient dissimulées et protégées par sa main à elle.
Ils s'immobilisèrent sur le seuil de la cuisine, loin du groupe que les quatre filles et Denis constituaient. Ils se demandèrent ce qui se passait. Ils avaient l'air ébahis, comme s'ils venaient d'un endroit lointain qu'ils étaient seuls à connaître. "

Commenter cet article

Fanchon 18/04/2009 15:25

Je ne connaissais pas du tout merci pour cette critique éclairée.Biz et bon weekend