Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Ponyo sur la falaise

19 Avril 2009, 15:15pm

Publié par L

Le petit Sosuke, cinq ans, habite un village construit au sommet d'une falaise qui surplombe la Mer Intérieure. Un beau matin, alors qu'il joue sur la plage en contrebas, il découvre une petite fille poisson rouge nommée Ponyo, piégée dans un pot de confiture. Sosuke la sauve, et décide de la garder avec lui dans un seau.
Ponyo est aussi fascinée par Sosuke que ce dernier l'est par elle. Le petit garçon lui promet de la protéger et de s'occuper d'elle, mais le père de Ponyo, Fujimoto - un sorcier autrefois humain qui vit tout au fond de la mer - la force à revenir avec lui dans les profondeurs. Bien décidée à devenir humaine, Ponyo s'échappe pour retrouver Sosuke...
Une petite fille et un petit garçon. L'amour et la responsabilité. La mer et l'essence de la vie. Véritable antidote à l'anxiété et aux doutes de notre époque, Ponyo sur la falaise est la fabuleuse histoire d'une mère et de son enfant.



L'action de Ponyo sur la falaise ne se déroule pas dans les airs, mais dans une ville portuaire et insulaire (la mer remplace le ciel comme espace de liberté). Beau paradoxe : Hayao Miyazaki réussit à prendre de la hauteur en fréquentant les profondeurs de l'océan et à atteindre la même dimension stratosphérique. A tel point que l'équilibre entre les forces de la nature s'en trouve bouleversé. Désormais, il n'est plus nécessaire de voler pour s'évader ou rêver.
Auparavant, c'était l'inverse. Dans Le château dans le ciel, Pazu rencontrait une princesse porteuse d'une pierre qui la soustrayait aux lois de la pesanteur et découvrait une fabuleuse cité flottant dans le ciel. Dans Kiki, la petite sorcière, une adolescente utilisait ses pouvoirs pour voler dans les airs et affronter le monde. Dans Porco Rosso, le héros était un cochon aviateur. Cette fois, Ponyo est une princesse poisson rouge au regard espiègle, victime d'un chalutier, qui échoue entre les mains de Sosuke, un garçon de cinq ans, qui vit seul avec sa mère en haut d'une falaise qui surplombe l'île.

Rapidement, on est tenté de rapprocher Sosuke des enfants de Mon voisin Totoro qui rencontraient une créature fantastique leur permettant de faire des voyages extraordinaires. Mais Ponyo sur la falaise peut se voir comme une histoire d'amour à hauteur d'enfant qui passe par différentes étapes (la rencontre, la séparation, les retrouvailles, l'accomplissement).
Pour que le spectateur soit en condition, la scène d'ouverture plonge au propre comme au figuré dans un ballet nautique éblouissant. La symphonie des images et des sons fait que l'on oublie tout. L'univers est féérique et rassurant, mais il doit être préservé. L'engagement écologique de Miyazaki invite à prendre conscience de l'espace et du temps, en rappelant que nous sommes responsables de la façon dont nous modifions notre environnement. Fujimoto, le père de Ponyo, est un ancien humain devenu sorcier qui vit dans l'océan. Au départ, il est présenté comme potentiellement dangereux, mais il agit plus pour protéger les siens que pour s'en prendre aux humains qu'il a cherché à fuir.

Ce personnage résume à lui-seul l'approche de Miyazaki qui se situe aux antipodes de la pensée cartésienne, notamment dans son refus du manichéisme. L'homme a beau être désigné comme un générateur de déséquilibres, il est aussi une somme indissociable de défauts et de qualités. Dans Ponyo sur la falaise, Miyazaki continue de montrer des amis et des ennemis, des alliances qui se font et se défont selon les intérêts et les motivations. De la même façon, les passages les plus inquiétants (le déchaînement des vagues) sont désamorcés par la ténacité et la bravoure de Ponyo qui marche sur l'eau (l'image est mémorable).
Dans un second temps, il y a chez les personnages principaux une volonté de rétablir une harmonie entre les hommes et la nature - référence à la culture japonaise animiste (les déesses et les esprits se trouvent dans la mer) mais aussi entre les générations (la jeunesse et la vieillesse). Idéalement, Miyazaki a actualisé sa thématique en évoquant le Tsunami et en soulignant la nécessité d'entraide et de solidarité. Ensemble, Ponyo et Sosuke appellent au respect de l'environnement et des êtres.

A tous les niveaux, le résultat est d'une cohérence inouïe. Il faut louer la rapidité d'exécution pour un Miyazaki (seulement deux ans), soutenu par Joe Hisaishi à la bande-son et Toshio Suzuki à la production. Autrement, mais ce n'est pas une nouveauté, les images sont si fortes qu'elles donnent tout leur sens à l'idée d'animation. D'abord parce qu'il aurait été impossible de représenter autrement tout ce qui se passe. Mais au-delà de la simple technique, l'animation remplit véritablement sa fonction en donnant vie aux personnages au point d'établir entre eux et le spectateur une affection durable.
Pour toutes ces raisons, Ponyo sur la falaise constitue un bain de jouvence qui contient autant d'excitation que de vertige et nous redonne à voir le monde avec les yeux d'un enfant de cinq ans. Certes, c'est le même refrain enchanteur à chaque nouveau Miyazaki. Mais arriver à se surpasser, à susciter cet émerveillement avec une telle constance et une telle unanimité, à nous faire découvrir un univers que l'on connaît déjà comme si c'était la première fois, n'est pas donné à tout le monde. La marque d'un génie qui n'a plus rien à prouver.



Mon avis : Ponyo est le nouveau conte enchanteur de Miyazaki, qui ravira les plus petits et fera rêver les plus grands. Ça ne vaut peut être pas Mon Voisin Totoro (le fameux, l'ultime, le génialissime) en matière de "choupi" et "trop mignon", mais c'est adorable quand même. Et ça fait réfléchir un peu aussi (comme tous les films de Miyazaki).

Commenter cet article

Artemissia+Gold 22/04/2009 11:31

Ah Ponyo ! J'avoue que l'affiche est pas des plus top.  Moi qui suis une grande fan des Studios Ghibli je trouve qu'il se perd un peu. Ponyo c'est sympa mais très enfantin. Plus que Totoro. On appréciera toutefois les décors qui restent toujours aussi sublime.

leJournaldeChrys 22/04/2009 08:33

J'avais adoré TOTORO!!!!!!! Il est toujours resté mon préféré!!!Je n'ai pas encore vu celui_là!!!

amie+lointaine 20/04/2009 13:50

merci j'ai apersu un extrai lotre jours , j'aime dejas comme tout les filme du grand miyazaki

Ori 20/04/2009 10:44

Ah la la pour moi le dernier Miyazaki est toujours le meilleur mdr!

Lulu 20/04/2009 12:11


Vivement le prochain. ^^