Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Alice au Pays des Merveilles

8 Avril 2010, 07:00am

Publié par Lulu

Alice-au-Pays-des-Merveilles.jpgAlice, désormais âgée de 19 ans, retourne dans le monde fantastique qu'elle a découvert quand elle était enfant. Elle y retrouve ses amis le Lapin Blanc, Bonnet Blanc et Blanc Bonnet, le Loir, la Chenille, le Chat du Cheshire et, bien entendu, le Chapelier Fou. Alice s'embarque alors dans une aventure extraordinaire où elle accomplira son destin : mettre fin au règne de terreur de la Reine Rouge.


Mon avis : Ah depuis le temps qu'on parle de ce film, qu'on espère, qu'on l'attend comme le messie...
Bon, avant d'aller le voir je savais déjà que les critiques n'étaient pas bonnes, donc je ne m'attendais pas à un miracle. Mais quand même.

(attention, cet avis contient des spoilers, vous reportez au dernier paragraphe le cas échéant)



Ce film est très étrange (hors le fait que Burton soit là-dessous hein) : d'un côté vous avez plein de détails qui font directement référence au bouquin, tels que les mouches-à-chevaux de bois et les libellules-des-brûlots (dont on se fiche un peu cela dit en passant), le jeux sur la sonorité des mots chers à Lewis Carroll ("Il était grilheure" -> le jour frabieux), ou les dialogues dans lesquels tout est pris au pied de la lettre (avec la Chenille/Caterpillar « -Qui es-tu ? - Caterpillar ! (dit-elle en le voyant) - Non, ça c'est moi. Toi, qui est-tu ? », ou avec la Reine Rouge « - Quel est ton nom ? - Hum... - Très bien "Hum", que fais-tu ici ? »).
Puis d'un autre côté on a une adaptation hyyyyyper libre, avec des trucs qui sortent de nulle part et nous transforme le récit en un grand n'importe quoi ! Je veux bien admettre que ce soit "la suite" d'Alice, dans le sens où elle retourne dans le pays des Merveilles quelques années plus tard. Cependant cette suite porte déjà un nom : "De l'autre côté du miroir ".
Perso, quand je vais voir un film qui s'appelle Alice au Pays des Merveilles, je m'attends 1) que ce soit une adaptation un minimum fidèle de l'oeuvre initiale (sinon j'appelle ça de la pub mensongère et il faut changer le titre du film) ; 2) que soit on ait un mixe des deux histoires comme dans le dessin animé de Disney, soit on fait tout à partir de la seconde (puique c'est "censé" être une suite), mais certainement pas un poil du 1, beaucoup du 2 et le reste à notre sauce.
À ceux qui n'avaient jamais lu ou vu Alice au pays des merveilles sous quelque forme que ce soit avant ce film, pitié, ne croyez pas qu'il s'agit de la vraie histoire !

alice12.pngFranchement, c'est quoi ce scénario hyper manichéen à la américain-power ? On est chez Disney, certes, mais il y a des limites. Le Jabberwocky on en parle sur seulement 2 pages dans le livre ! Il s'agit du monstre d'un poème qu'Alice lit par dessus l'épaule du Roi Blanc. Point. Basta. Il n'a jamais été question qu'Alice le combatte ou devienne le champion de je-ne-sais-qui. D'ailleurs la personne qui tue le monstre dans le poème est un homme, ahah.
Pareil pour les reines : ils nous ont fait un gros mixe entre la Reine de Coeur et la Reine Rouge, alors que ce sont deux personnages bien distincts. La première coupe les têtes et la seconde a plutôt mauvais caractère, c'est tout. De même, il n'est jamais question de rivalités avec la Reine Blanche.
D'ailleurs, dans le film ce double personnage Reine Rouge/Coeur donne lieu a un paradoxe à la fin : sur l'échiquier la Reine Blanche a derrière elle une armée constituée de pièces d'échec (normal, puisqu'on est sur un échiquier), alors que la Rouge/Coeur a des cartes à jouer. Ultra logique.
De plus, à la fin du livre, Alice n'est pas un chevalier, mais une reine. De l'autre côté du miroir est construit comme une partie d'échec : au départ Alice est un pion, puis (tel les règles du dit jeu) lorsque celle-ci arrive à la huitième case, elle devient la Reine Alice, au même titre que les reines Rouge et Blanche. Chacune à sa couronne et son château. Bref, tout le monde est content quoi (je la fais courte).

alice17.pngToutefois, revenons au film à proprement parler. Ces chamboulements scénaristiques ont l'avantage de donner une unité au récit, très décousu dans le roman (on asssite plus à une succession de petites saynètes qu'autre chose). Néanmoins, tout devient très très prévisible : passé les immuables potion/gâteau+Chenille+Chat+Chapelier, le reste se résume en deux phrases "Olalala, la Reine Rouge est vraiment méchante, elle fait du mal à mes amis. Alors même si au départ je n'accepte pas ma destinée, et bien je vais aider le bien à triompher pour que justice soit faite !" *le dire avec une voix de Bisounours*. Mon dieu que c'est mou (et ridicule)  .
On nous catapulte une Alice rebelle et actuelle, qui renie les conventions de son époque pour tout envoyer valser en revenant (ça me fait penser à un autre film, mais je n'arrive plus à mettre le doigt dessus... quelqu'un aurait une idée ?)(sérieusement). L'actrice, Mia Wasikowska, est très jolie, mais un poil fade dans sa robe bleue grunge. En face d'elle on trouve bien sûr le Chapelier Toqué (un peu trop présent et tout aussi peu utile), avec un Johnny Deep qui fait du Johnny Deep... jusque là rien de nouveau sous le soleil. Je dirais même plus, ça devient tellement banal que ce n'en est plus drôle (c'est dire).
En fait, de tout le casting, ceux qui m'ont vraiment plû ce sont... les Tweedledee/Tweedledum (Bonnet Blanc/Blanc Bonnet), ahahah ! Eux au moins ils ont réussi à me faire rire et à trouver le temps moins long. Mais ce sont bien les seuls (d'ailleurs, concernant Anne Hathaway/La Reine Blanche, je n'ai jamais su si en la voyant il fallait rire ou si c'était normal d'avoir juste envie de la baffer)(pourtant dieu sait si j'aime cette actrice).

8y6emg.png
Pour ce qui est de l'image, bien sûr les décors sont superbes, les costumes magnifiques, ça foisonne de tous les côtés... je n'en attends pas moins d'un Burton (la base de base quoi). Cependant, les effets spéciaux n'était pas toujours irréprochables. Et ça, pour un film qui mise là dessus, et qui a bénéficié d'un temps de post-prod' aussi long, c'est franchement moyen. Les plans sont beaux, mais l'intérieur est creux. On assiste indifférent au voyage d'Alice et son évolution au fil de ses rencontres, rythmé par une musique qui, elle, est excellente.


Au final Alice au Pays des Merveilles est une grosse déception. Un beau gâteau coloré, sans saveur et creux à l'intérieur. C'est joli à l'oeil, mais c'est tout. Au pire le film aurait pu passer pour un Disney très moyen (qui occupe les petits le dimanche après-midi), en revanche on est dans le très limite concernant Burton. C'est à se demander si le réalisateur n'était pas là juste pour son nom et son esthétisme... Il y avait vraiment matière à faire quelque chose de merveilleux (c'est le cas de le dire) pourtant. *soupir*
À voir pour pouvoir en parler, sinon on peut s'en passer.

Commenter cet article

Claire 31/05/2010 19:20



Tim Burton n'a jamais prétendu qu'il s'agissait d'une suite, ou d'une adaptation de Alice au pays des merveilles, c'est une possibilité
d'évolution du Wonderland, d'ailleurs nommé Underland dans le film, et de la jeune fille, imaginée. Une Alice devenu grande pour nous montrer que les contes nous aident également à grandir. Cela
dit, c'est certes un peu trop Disney et pas assez "Tim Burtonesque", mais cela reste à mon goût un bon film de divertissement qui nous replonge dans l'univers fou et merveilleux de Lewis Carroll.


(PS: lorsque l'on se permet des critiques aussi grinçantes, on essaie de ne pas faire autant de fautes d'ortographes)



Alicia 19/04/2010 19:37



J'ai été le voir aujourd'hui (j'ai bien aimé!) =) Mais n'ayant toujours pas lu le livre je peux pas trop savoir si Tim Burton a prit trop de libertés ou pas, mais je me fis à ce que tu dis :)



Mo' la fée 12/04/2010 14:22



je dirais aussi qu'il y a à prendre et à jeter dans ce film, mais je pense que s'il doit se regarder, autant que ce soit sur grand écran ^^



Lulu 13/04/2010 08:35



C'est vrai, ce genre de film est toujours mieux sur grand écran. ^^



petite etoile sadique 09/04/2010 20:43



Disons que l'histoire en elle-même est plutôt zarbie. Après, quand tu y retrouve des références volontaires à des chansons ou des poèmes et leçons anglaises de lépoque tu comprend mieux. Ensuite,
quand tu sait quel personnage représente quelle personne de l'entourage de l'auter, la tu commence à te dire qu'il est taré, surtout quand tu sais pourquoi...



Fanchon 09/04/2010 14:48



Je n'ai pas encore eu la chance de le voir. Mais vu que j'en attends beaucoup de ce film, je risque d'être déçue ,alors... Enfin, j'irai le voir à l'occasion quand même mais je ne vais pas me
presser s'il n'est pas si génial que ça !


En tout cas, merci pour cette critique éclairante !


Biz et bonne fin de semaine