Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Carbone modifié, de Richard Morgan

1 Juin 2010, 21:30pm

Publié par Lulu

carbone-modifiePrésentation de l'éditeur :
Dans un avenir pas si lointain, la mort n'est plus définitive : vous pouvez sauvegarder votre conscience et vos souvenirs et les réimplanter dans un nouveau corps. De fait, pour Takeshi Kovacs, mourir n'est plus qu'un accident de parcours : il a déjà été tué plusieurs fois. C'étaient les risques du métier dans les Corps diplomatiques, les troupes d'élite du Protectorat des Nations unies expédiées à travers la galaxie. Mais cette fois, on le ramène sur Terre pour mener l'enquête : un riche magnat veut élucider sa propre mort. La police a conclu au suicide. Or, pourquoi se suicider quand on sauvegarde son esprit tous les jours, certain de revenir parmi les vivants?


Mon avis : première lecture commune de la serveuse avec cet ouvrage. C'est bien les lectures communes, j'en referai d'autres à l'occasion. Tout simplement parce que c'est un bon moyen de lire un livre (et ici que je n'aurais pas choisi d'instinct) sans qu'il ne se noie et croupisse dans un coin obscur de votre PAL, attendant le jour ou "peut être" (rien n'est sûr dans ce bas monde) vous vous souviendriez qu'il existe.

Je ne connaissais pas du tout le nom de Richard Morgan avant d'avoir ce livre entre les mains. Pourtant j'aime beaucoup le genre cyberpunk. Seulement, à part quelque films (Tron, Brazyl, série des Terminators, Minority Report...), ma culture du genre se limite principalement aux mangas y appartenant (Gunnm, Akira, Blame !, Laine, Ghost in the Shell, Appleseed, tout ça tout ça - du culte en barre)(certes ce ne sont pas des titres très récents, cependant l'âge d'or du cyberpunk c'était les années 80-90, que voulez-vous)(pour du plus actuel il vous faudra vous tournez vers les animés, avec Ergo Proxy, Texhnolyze, Wolf's Rain, le film Wonderful Days ou encore le Metropolis de Rintarô). Enfin bref, tout ça pour dire qu'il y avait déjà un terrain favorable à l'appréciation de cet ouvrage.

Carbone modifié démarre avec un principe intéressant. Dans ce futur (où on a colonisé d'autres planètes, les voitures volent - enfin!!!! -, les I.A. dirigent des hôtels etc.), le carbone modifié permet à l'âme/l'esprit/karma (rayez mentions inutiles) d'être transféré dans un autre corps une fois que le premier n'est plus, à travers une sorte de puce/pile électronique. L'immortalité en boite, sommes toutes. Seulement, la technologie, ça coûte cher (certaines choses ne changent pas, même dans le futur) et cette immortalité est réservée à ceux qui peuvent se la payer (vous pensez bien). Notre héros, Takeshi Kovacs, était en détention (traduire dans cet univers : sa pile stockée en attendant que le temps de sa peine se soit écoulé) lorsqu'on l'en fait sortir sous les termes d'un marché qui n'en est pas vraiment un. Sa peine peut s'envoler et un petit paquet de fric est à la clé si il arrive à résoudre un mystère pour le compte d'un milliardaire.
D'après la police et les preuves évidentes sur place, Laurens Brancroft (le friqué en question) se serait fait sauter la cervelle un soir en rentrant chez lui. Or, le monsieur a les moyens de faire des sauvegardes à distance de sa pile, ce qui rend le suicide idiot, puisque ses données sont toujours intactes et prêtes à être réimplantées dans un autre corps à n'importe quel moment. Il y a donc baleine sous caillou et Brancroft veut qu'un militaire comme Kovacs, avec son expérience, recommence l'enquête avec un oeil neuf.

L'histoire met du temps à se mettre en place et il faudra attendre à peu près la moitié du bouquin (qui fait 572 pages) pour que les choses avancent un peu. Et cela par un bon gros retournement de situation. Sur le coup la serveuse s'est dit "Nan, c'est pas vrai ?! Mais si il fait ça, on ne saura jamais le fin mot de l'histoire ! Hiiiiiii !!" (le "Hiiiiii" est en option). Fort heureusement, après moult autres retournements imprévisibles, on connaît quand même le pourquoi du comment dans les dernière pages.

Après, le suspens ne m'a pas tenu en haleine plus que ça. Cependant, je suis obligée de reconnaître que l'univers crée par l'auteur est sacrément balaise ! Surtout pour un premier ouvrage. C'est impressionnant. On est plongé directement et intégralement dans cette dimension des possibles, sans explications superflues sur le pourquoi de ci et comment fonctionne cela. Parfois j'étais même un peu perdue, mais ce n'était pas un mal. Ça fait plaisir d'avoir un auteur tellement dans son trip qu'il oublie que le lecteur ne vit pas dans cet univers. Tout est vrai, tout est crédible, et on ne s'amuse pas à comparer ce monde au notre. On s'en fou du notre, c'est celui de Kovacs dont il est question ! (c'est ce que je reproche parfois aux livres fantastiques, trop d'explications tuent l'univers). Bref, on est vraiment dans une bulle.

Pour ce qui est de l'intrigue, elle ne va pas à 100/h comme le sous entend le résumé. Ce n'est pas un page-tuner. Vous pourrez avoir toutes vos nuits de sommeil tranquilles, ahah. Néanmoins, même si les rebondissements sont purement imprévisibles (ce qui est une bonne chose dans un sens, car je déteste connaître la fin d'avance), c'est un poil tiré par les cheveux quand même. Je veux dire par là que tout se tient, mais avant les toutes dernières pages, impossible de savoir comment démêler ce méli mélo (qui se complique la vie pour pas grand chose parfois).

Enfin, le résumé annonce "interdit aux coeurs fragiles"... hum, mouais. Ok, j'ai une bonne résistance à l'hémoglobine et je ne me cache pas les yeux dès que du sang apparaît au cinéma. Toutefois, si vous supportez les films d'actions actuels avec armes, tirs dans tous les sens, explosions & Co., ce livre ne devrait pas vous posez de problèmes. Il y a une scène de torture qui part dans le gore. Mais franchement, j'ai vu plein de passages d'Anita Blake qui font bien bien pire.


En bref (et pour clore ce pavé), même si ce livre n'a pas été un coup de coeur pour moi, il n'en reste pas moins un bon ouvrage, avec (une fois lancée) une histoire qui se tient, des personnages intéressants et surtout un univers bien construit et hyper réaliste.


Les avis de Cachou, Lhisbei et Tiger Lilly, pour cette lecture commune.

La "suite" des aventures de Kovacs peut se continuer dans deux autres tomes : Anges Déchus et Furies Déchaînées.

Commenter cet article

Tigger Lilly 03/06/2010 10:03



"Après, le suspens ne m'a pas tenu en haleine plus que ça. Cependant, je suis obligée de
reconnaître que l'univers crée par l'auteur est sacrément balaise !"


Je suis tout à fait d'accord avec toi sur ce point. Perso j'ai trouvé l'histoire un peu ch..te mais j'ai
beaucoup aimé l'univers. D'où ma déception car j'urais vraiment voulu pouvoir m'y plonger.


Je rajoute un lien vers ta chronique sur mon blog ^^


(je sais pas si le texte va s'écrire en gras mais en tout cas c'est comme ça qu'il s'affiche dans
l'éditeur de texte et j'arrive pas à le retirer, donc si jamais : c'est pas voulu).



Lulu 03/06/2010 18:51



Je m'en doute. ^^ Over-blog plante un peu au niveau des commentaires, et c'est la galère dès qu'on y fait un copier-coller: après tout notre texte suit la même mise en forme que le passage cité.
C'est comme ça (en attendant que les choses changent). Une fois qu'on c'est fait avoir une fois on le sait, mais sinon... -_-



Cherry 02/06/2010 22:02



Ah uééé Aaron Johnson ! C'est ce que je me suis dit aussi puis j'ai vu "Est avec
la réalisatrice de 42 ans qui va accoucher dans quelques mois" WTF?!... bah merde alors, papa à 19 ans Oo


Sinon le livre à l'air vraiment bien, ça m'a un peu fait penser  aux âmes
vagabondes de miss Meyer (j'attend la suite d'ailleurs bordel de cul !) Puis HS mais j'ai trop aimée le "Y'a baleine sous cailloux" xDD



Lulu 03/06/2010 00:41



Sérieux?! *0* Oh merde... enfin, lui doit être content j'imagine, mais ça fait bizarre. =S


Ah ce n'est pas aussi bien que les Ames Vagabondes (moi aussi ze veux la suuuuuuite!!! >_

Pisinat 02/06/2010 21:04



Je note (pour un jour... peut-être ! ;o)), ça m'intrigue tout ça ^^



Cachou 01/06/2010 22:59



Ouaip, on a souvent ça en SF, des auteurs qui ne réalisent pas que leur univers n'est pas aussi évident pour leurs lecteurs que pour eux. Malheureusement.

Dans un autre style: je suis allée voir "Nowhere boy" ce soir, et j'ai adoréç! Merci pare que sans toi, je ne serais pas allée le voir (moi et les biopics, on ne s'entend pas trop...). Dis donc,
l'acteur de "Kick-Ass", l'est sacrément fichtrement bon!



Lulu 01/06/2010 23:03



Ah, je suis contente qu'il t'ait plu. ^^ Et, oui oui, Aaron Johnson est un mec à suivre, hihi !



Lhisbei 01/06/2010 22:05



merci Lulu. Grâce à toi je me sens un peu moins seule (Tigger Lilly et Cachou n'ont pas trop apprécié)



Lulu 01/06/2010 22:11



Ah bah ça ajuste la balance comme ça. ^^