Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

God save la France, de Stephen Clarke

26 Décembre 2009, 21:00pm

Publié par Lulu

god-save-la-france.gifPrésentation de l'éditeur :
Nom : Paul West.
Age : 27 ans.
Langue française : niveau très moyen.
Fonction : jeune cadre dynamique promis à un grand avenir.
Occupation : déjouer les pièges potentiellement désastreux du quotidien français.
Hobbie : lingerie féminine.
Signe particulier : Paul West serait le fruit d'un croisement génétique entre Hugh Grant et David Beckham.

Jeune Britannique fraîchement débarqué à Paris, créateur, en Angleterre, de la fameuse enseigne Voulez-Vous Café Avec Moi, Paul a bien du mal à s'adapter au pays des suppositoires, des grèves improvisées et des déjections canines. Et il n'est pas au bout de ses surprises...


Mon avis : Je tiens à dire tout de suite que le fait que Paul soit un marketeur habitué à la création de Cafés n'a pas du tout été un point déterminant dans le choix de ce livre. Nan du tout. Je ne suis pas comme ça, enfin.
Bref. Ce livre est génial ! Tordant à souhait. Je bidonnais à toutes les pages.
Bon, sur ce coup là il faut la jouer fairplay, parce qu'on s'en prend quand même plein la tronche au passage. Mais c'est de bonne guerre, et surtout il a raison ! Nous les français avons des douzaines de douzaines de rituels sociaux et manies culturelles parfaitement ridicules, faut être honnête. Cela va de la bise le matin, tous les "bon quelque chose" qu'on peut se souhaiter au cours d'une journée (bonjour, bonne matinée, bonne fin de matinée, bon appétit, bon fin d'appétit, bonne après-midi, bonne fin d'après-midi, bonne soirée, bonne fin de soirée...), à nos secteurs d'activité toujours en grève, la vision complètement erronée des françaises qui pensent que tous les anglais sont des Hugh Grant ou Darcy bis, en passant par nos dialectes étranges lorsqu'il s'agit d'écrire une petite annonce ou de simplement commander un café. C'est bien vu, parfois un peu caricatural, mais bien vu quand même.
Au niveau de l'intrigue, le projet pour lequel il a été embauché (et fil rouge de l'histoire), au début c'est sympa. On se plaît à rire de ces salariés qui baragouine un espèce de franglais minable (je ne dis pas que je pourrais faire mieux, hein) en pensant parfaitement maîtriser la langue de Shakespeare. Puis au bout d'un moment, avec toutes les histoires de magouilles & Co., ça s'enlise un peu. Heureusement, vu que ces aventures sont à chaque fois un prétexte pour dépeindre une autre des nos étranges habitudes, ça passe.
God save la France, un livre très drôle pour savoir comment les anglais nous voient, pauvres petits mangeurs de grenouilles que nous sommes. Je lirai la suite, God save les françaises, à l'occasion.


Extraits :

(lors de la première réunions avec ses nouveaux collègues français)
« Bernard eut un sourire nerveux et se lança :
- I am Bernard, ayam responsibeul of communikacheune, euh...
Bon Dieu, Jean-Marie n'avait-il pas parlé d'une réunion en anglais? Et voilà que ce type attaquait en hongrois. L' homme de Budapest poursuivit dans la veine hermétique pendant deux minutes puis articula plusieurs mots, de la plus haute importance à en juger par la constipation forcenée de son visage :
- I am very happy work wiz you. »

(Paul, alors chargé de mission pour VianDiffusion, vient de recevoir les cartes de visite à son nom. Il fait part à Jean-Marie, son employeur, des problèmes constatés sur lesdites cartes)
« - … ma carte porte le logo de l’entreprise, VianDiffusion.
- Et ?
- Et bien, c’est sans doute OK pour la France, mais pas pour des Anglais. Un gros VD rouge, ça ne fait pas très appétissant. Et comme parmi nos fournisseurs nous aurons des Anglais…
Jean-Marie parut troublé.
- Ca veut dire quoi VD ?
J’expliquai. Veneral disease. Maladie vénérienne. Jean-Marie émit un rire de surprise vite stoppé par un morceau de toast coincé dans sa gorge. [...]
- Quand on s’est vu à Londres, personne n’a soulevé ce problème.
Non certes, mais tous les Anglais avaient rigolé derrière son dos. »

« Il y avait une location à Bastille, un endroit présumé sûr depuis qu'on n'y guillotine plus les gens. " Un beau 2 pièces, 5e étage (oh oh, explication du et), ascenseur (Dieu merci), gde chambre (grande, devinai-je astucieusement), balcon (un balcon privé, la classe) et SàM avec cuis amères (ah merde !) ".
D'après le dictionnaire, l'endroit était fait pour des sadomasochistes à cuisses amères. Je suspectais une erreur d'interprétation. »

Commenter cet article

Batman 06/01/2010 19:24


"Bonjour je m'appele Boulet, j'ai commencé à lire la suite sans avoir lu le premier livre"

J'aime quand un français prend son accent super english! C'est so not sexy!


Lulu 07/01/2010 00:58


C'est pénible ces ouvrages où ce n'est pas clairement indiqué le numéro de tome dont il est question, ou si c'est une suite de quelque chose. Neuf fois sur dix on se retrouve con. -_-


akialam 28/12/2009 11:20


j'ai beaucoup aimé, je crois que j'ai la suite quelque part dans ma PAL...


Meladriana 27/12/2009 20:31


Je l'ai lu il y a 2-3 ans, je me souviens que c'était très drôle, mais dès le deuxième tome ça devient rasant, les stéréotypes se multiplient, l'histoire ne tient plus du tout la route et
s'éternise, en restant toujours creuse. Quand on sait pas écrire vaut mieux éviter de faire des suites, donc.


Alicia 27/12/2009 11:18


Plusieurs fois que je le vois pas cher du tout à Gibert Jeune, la prochaine fois je le prendrai peut être ^^


DEL REY Victor 27/12/2009 00:41


Si vous l'avez trouvé bien, je me laisserai bien tenté par le lire....

N'hésitez pas à visiter mon blog :
http://victordelrey.over-blog.com/
A bientot !!!