Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Jane Eyre, de Charlotte Brontë

6 Août 2010, 23:50pm

Publié par Lulu

Jane Eyre
Présentation de l'éditeur :
Le vent dans les landes désolées a creusé l'âme des soeurs Brontë. Seules, elles se sont inventé une compagnie ; célibataires, elles ont rêvé l'amour. Publié en même temps que le livre de sa soeur Emily, Les Hauts de Hurle-Vent, le roman de Charlotte connut d'emblée un immense succès.
Une jeune gouvernante aime le père de son élève et est aimée de lui. Mais elle résiste à cet amour, découvrant [le passé] de Rochester (note de la serveuse: je vous enlève le gros spoiler). L'histoire, qui trouve son origine dans la jeunesse tourmentée de son auteur, fait se succéder coups de théâtre et débordements de passion, fuite éperdue dans les landes et sens du devoir jusqu'à l'héroïsme.
Jane Eyre est l'un des plus beaux romans d'amour anglais du xixe siècle. Tout y est romantique et tout y est vrai. Jane Eyre, c'était Charlotte Brontë elle-même. 


Mon avis : Ah, depuis le temps que je voulais lire Jane Eyre ! En fait, au départ je voulais surtout lire "L'affaire Jane Eyre" (ce qui ce fera bientôt je pense... ouais bon on dit souvent ça, mais avec les PAL vous connaissez la chanson...) et pour cela il vaut mieux avoir lu l'oeuvre éponyme de référence (passer à côté d'une blague parce qu'on ignore le contexte, ce n'est pas drôle). Et puis, depuis l'excellent Les Hauts de Hurlevent (dur mais excellent), l'envie de lire une autre soeur Brontë me titillait bien.

Jane Eyre est un petit pavé (environ 500 pages, si on zappe préface et autres commentaires à la fin) qui se lit très bien. Ce qui m'a à la fois surprise et enchantée (comme souvent) car je garde toujours une trace de ce gros préjugé face aux pavés cultes : "épais + culte = rasoir" (Balzac m'a traumatisé à l'école, ahahah). Ce qui est idiot, preuve en est (je le sais pourtant).

Une fois n'est pas coutume, j'ai fait son sort à la préface avant de commencer l'histoire à proprement parler. Je me suis dit "bon allez, pour une fois, hop !". Bon, je n'aurais pas dû. Les préfaces, à moins d'en être à la relecture ou de connaître parfaitement le sujet du livre avant de l'ouvrir, c'est pénible. D'abords parce que ce n'est qu'un ensemble de spoilers puissance quarante-douze qui vous saute à la gueule sans crier gare. Vous voulez savoir qui tombera amoureux de qui ? Lisez la préface. Vous voulez savoir qui a tué mademoiselle Rose dans le salon avec la clé anglaise ? Lisez la préface.
Ensuite, l'ennui c'est qu'on nous spoilie (c'est français ça ?) mais en plus on ne comprend aaaaaaabsolument rien à ce qui se raconte. Bah oui, on n'a pas encore lu l'histoire. Vous vous souvenez de ces pubs de Canal+ ? Et bah les préfaces c'est pareil, mais pour les livres. En fait, les préfaces il faudrait les lire à la fin... ce qui n'est plus une préface du coup.

Bref, pour en revenir au livre, je dois dire que j'ai beaucoup aimé. J'ai adoré le fait qu'il s'agisse d'une femme (l'auteure) parlant des femmes, de leur point de vue et de leur(s) condition(s) à cette époque, et ce à la première personne. C'est une chose très rare. Et délicieuse. J'ai particulièrement aimé le dialogue qu'entretient l'héroïne/narratrice avec le lecteur. C'est très moderne et ses réflexions sont très pertinentes (par exemple quand elle décide de ne pas narrer certains passages car intéressant à lire selon elle).

La préface disait que le défaut qu'on reprochait souvent à Jane Eyre étaient ses longueurs. La serveuse déteste les longueurs, et pourtant, ici ça ne l'a pas dérangé. Le seul passage semblant un peu long était séjour de Jane chez le pasteur St-John Rivers. Au bout d'un moment, la vie et les années se passent (le récit dans sa globalité se déroule quand même sur une quinzaine d'années ! C'est dingue)(je vous rassure, on ne voit pas le temps passer ^^) on a quand même envie de lui dire "Bon t'es bien gentille mais St-John on s'en balance pas mal. Et Rochester il pue ? Il est passé où ?". Oui parce que l'intérêt premier est quand même qu'il s'agit d'une histoire d'amouuuuuuuuur ! Et contrarié du surcroît ! Hin hin hin !!! Cependant, n'allez pas vous imaginez qu'il s'agisse d'un nouveau Elisabeth & Darcy (rien ni personne n'égale Darcy. Jamais). Jane est très intelligente et vive d'esprit mais pas franchement aidée par la nature... bon, cessons les périphrases : elle est bien moche (ce n'est pas moi qui le dit, et même Rochester le consent). Idem pour Rochester, qui dégage cependant un charme certain. On a donc à faire à un couple beaucoup plus réel et probable (moins "Barbie et Ken ont un coup de foudre", voyez-vous), bien que leur romance, elle, n'ait rien d'ordinaire (20 ans d'écart, des complications en veux-tu en voilà - c'est un amour contrarié ou ça ne l'est pas en même temps - etc).
Si le peu d'action est parfois être créateur de longueurs, en revanche le gros intérêt de ce livre va se porter sur l'excellente psychologie des personnages (chose qu'on avait déjà vu chez sa soeur Emily). Et en particulier en ce qui concerne le personnage de Jane. Jane est réelle. C'est assez incroyable. On comprend aisément l'engouement et l'identification possible à ce personnage extraordinaire.

Enfin, j'ai trouvé amusantes toutes les piques de l'auteure envers la France tout au long du récit. Honnêtement, on s'en prend plein la tronche, ahahah ! Même la pauvre petite Adèle y passe sans avoir rien demandé. Bien sûr, j'ai lu le commentaire de fin expliquant l'insularisme de l'auteure. Ce n'est que justice après tout. Nous aussi on a eu notre dose d'animosité envers les anglais à certains moments de l'Histoire. ^^

En bref, un très bon livre, une histoire incroyable. À lire résolument !

Si j'ai le temps, je me pencherais sur l'adaptation ciné de 1996, avec Charlotte Gainsbourg.
Notez qu'une nouvelle adaptation (américaine) sortira normalement l'an prochain en salles. Même si au départ Ellen Page était annoncée pour interpréter Jane, il s'agira de Mia Wasikowska, récemment propulsée sur le devant de la scène avec son rôle d'Alice dans le dernier Tim Burton. Pour Rochester ce sera  Michael Fassbender, vu dans Inglourious Basterds et Fish Tank. Fait hautement amusant, il se trouve que le monsieur jouera AUSSI Heathcliff dans la prochaine adaptation des Hauts de Hurlevent. C'est fort ça. (le problème est qu'une fois que je l'aurais vu en Rochester, je vais avoir toutes les peines du monde à le voir ensuite en Heathcliff sans penser à Jane Eyre. -_-')

Commenter cet article

Luna 22/04/2011 14:24



Une histoire qui m'a laissée perplexe : la première fois que je l'ai lu je l'ai détesté et la seconde fois adorée... C'est assez troublant !
Je viens d'ailleurs de poster mon avis sur mon blog sur "Jane Eyre"...

Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!



Lulu 23/04/2011 13:13



Les soeurs Brontë provoquent souvent ce genre de sentiments j'ai l'impression. ^^



Francesca 01/02/2011 09:17



Darcy est incomparable ^^ (et il aurait été plus ennuyeux s'il ressemblait à Ken lol)



Lulu 01/02/2011 19:25



Tout à fait. :]



Francesca 31/01/2011 11:53



LOL j'avais pas lu ton avis sur ce livre que j'adore (c'st l'un de mes romans préférés de tous les temps ^^).


Et oui, dans les classiques, les personnages sont loin d'être des gravures de mode, on est loin des livres jeunesse d'aujourd'hui où les mecs sont comparés à des surfers caiforniens ou des dieux
vivants...



Lulu 31/01/2011 23:56



Ahahahah! XD C'est exactement ça. A croire qu'il n'y a que les êtres "parfaits" qui font rêver de nos jours. Alors qu'on voit bien que les héros qui font mouches sont souvent ceux qui ont de bons
défauts. ^^


(Ce n'est pas récent, mais prenons l'exemple de Darcy. Si on aime Darcy c'est justement parce qu'il est humain et non un Ken avec du gel qui se dépoilerait toutes les 3 secondes)



Cachou 03/09/2010 23:58



J'adore la version avec Charlotte Gainsbourg (mais vraiment). Mais je dois avouer être aussi tombée sacrément sous le charme de la récente mini-série de la BBC, alors que quand j'avais vu la tête
des acteurs, je me suis dit que ça ne pourrait pas marcher.



Lulu 05/09/2010 01:14



Comme quoi, la BBC est décidemment très douée. (je note la version avec Charlotte)



Ori 13/08/2010 20:41



Bouhhhh ça aurait été telement mieux Ellen Page scrogneuigneu!



Lulu 14/08/2010 18:41



Tout à fait d'accord ! :(