Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Kafka sur le rivage, de Haruki Murakami

13 Mars 2011, 22:45pm

Publié par Lulu

kafka-sur-le-rivagePrésentation de l'éditeur :

Kafka Tamura, quinze ans, s'enfuit de sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. De l'autre côté de l'archipel, Nakata, un vieil homme amnésique décide lui aussi de prendre la route. Leurs deux destinées s'entremêlent pour devenir le miroir l'une de l'autre tandis que, sur leur chemin, la réalité bruisse d'un murmure enchanteur. Les forêts se peuplent de soldats échappés de la dernière guerre, les poissons tombent du ciel et les prostituées se mettent à lire Hegel. Conte initiatique du XXIe siècle, Kafka sur le rivage nous plonge dans une odyssée moderne et onirique au cœur du Japon contemporain.

 

 

Mon avis : Cela faisait très longtemps que la serveuse voulait lire Kafka sur le rivage. D'abord pour lire un Murakami (auteur dont il se dit beaucoup de bien), ensuite à cause de la présente constante de ce titre en tête de gondoles (il date pourtant de 2007). C'est intriguant.

Kafka sur le rivage est un livre étrange. Un roman initiatique certes, mais un roman métaphorique avant tout. L'histoire est une véritable métaphore sur pattes. Il faut bien comprendre ça, sinon c'est sûr que les pluies de poissons vont paraître plus que saugrenues, ahah. Cependant, qui dit métaphorique ne veut pas dire rasoir. Au contraire. L'action est lente, il se passe des choses étranges et mystérieuses, beaucoup de questions sont posées, très peu trouvent de réponses et pourtant on reste absorbé. La plume de l'auteur est fascinante, dans le sens elle nous envoûte avec presque rien. Ici tout est simple, d'un calme troublant et troublé, mêlant zen, meurtres et réflexions plus poussées.

On ressort de ce livre à la fois frustré que ce soit si court (alors qu'il s'agit d'un pavé de 630 pages) et de n'avoir pas toutes les réponses aux nombreux mystères évoqués. Cependant on sait aussi que tout expliquer aurait indubitablement rompu le charme, et que certaines choses ne s'expliquent tout simplement pas.

 

En bref, un livre envoûtant qui laisse songeur (dans le bon sens). J'ai hâte de découvrir d'autres titres de l'auteur.

 

 

Extraits :

 

«- Écoute moi bien, Kafka Tamura, le sentiment que tu éprouves actuellement a fait l’objet de nombreuses tragédies grecques. Ce ne sont pas les humains qui choisissent leur destin mais le destin qui choisit les humains. Voilà la vision du monde essentielle de la tragédie grecque. Et la tragédie - d’après Aristote- prend sa source, ironiquement, non pas dans les défauts mais dans les vertus des personnages. Tu comprends ce que je veux dire ? Ce ne sont pas leurs défauts, mais leurs vertus qui entraînent les humains vers les plus grandes tragédies. Œdipe roi, de Sophocle, en est un remarquable exemple. Ce ne sont pas sa paresse ou sa stupidité qui le mènent à la catastrophe mais son courage et son honnêteté. Il naît de ce genre de situation une ironie inévitable.
- Alors, il n’y a aucune chance d’y échapper.
- Ça dépend des cas. Mais l’ironie donne de la profondeur aux humains, et de la grandeur. Elle leur offre le salut, un salut d’un niveau supérieur, et une sorte d’espérance universelle. C’est pour cela que tant de gens lisent les tragédies grecques aujourd’hui encore. Elles constituent une sorte d’archétype de l’art. Je me répète mais, dans la vie, tout est métaphorique. Personne ne tue réellement son père, personne ne couche réellement avec sa mère, n’est-ce pas ? Nous intégrons l’ironie de la vie grâce à un instrument appelé métaphore. Et c’est comme cela que nous grandissons, que nous devenons plus profonds. »

 

[La serveuse s'est sentie con en lisant ce passage car elle a alors réalisé qu'Œdipe était une histoire métaphorique. Ça parait pourtant évident, et quoi de plus métaphorique qu'une tragédie grecque. Sans parler du complexe du même nom moultement étudié en psychologie. Il n'empêche qu'à l'école, personne ne lui a jamais expliqué que le texte n'était pas à prendre au pied de la lettre. On explique l'histoire de long en large, mais jamais on ne prend l'oeuvre sous un autre angle que celui de son sens premier. C'est fort quand même.]

 

 

« Hoshino tendit les mains et souleva la pierre, avec autant de précaution que si c'était une mine antipersonnel.

- Elle est sacrément lourde.

- C'est une pierre, pas du flan de soja. »

 

 

« Nous perdons tous sans cesse des choses qui nous sont précieuses... des occasions précieuses, des possibilités, des sentiments qu'on ne pourra pas retrouver. C'est cela aussi vivre. Mais à l'intérieur de notre esprit - je crois que c'est à l'intérieur de notre esprit - il y a une petite pièce dans laquelle nous stockons le souvenir de toutes ces occasions perdues. Une pièce avec des rayonnages, comme dans cette bibliothèque, j'imagine. Et il faut que nous fabriquions un index, avec des cartes de références, pour connaître précisément ce qu'il y a dans nos coeurs. Il faut aussi balayer cette pièce, l'aérer, changer l'eau des fleurs. En d'autres termes, tu devras vivre dans ta propre bibliothèque. »

Commenter cet article

Luna 17/06/2011 10:58



Ce livre est vraiment unee très belle découverte pour moi : je ne m'attendais bien à tout sauf à ça !


Le fantastique se marie à merveille avec la poésie de l'écriture de Haruki Murakami !


Les personnages sont vraiment très étranges mais au final, je crois que n'importe quel lecteur fini par  s'attacher à eux...


Je ne regrette pas du tout cette lecture, au contraire !


 


Si ça t'interesse, je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...


Joli article, je reviendrais ;)


Bonne continuation !!



Lulu 17/06/2011 12:56



Ce livre est fascinant, c'est sur. :)



Cachou 17/03/2011 07:51



Il serait quand même temps que je le lise, celui-là, vu que j'aime bien l'auteur. Il me fait un peu peur mais, surtout, je l'ai en anglais, et je suis paresseuse de l'anglais (écrit) pour
l'instant.



Lulu 17/03/2011 20:44



Comme je te comprends... même si moi je suis paresseuse de l'anglais (écrit) tout le temps.



Guillaume 15/03/2011 01:22



Pas mal la critique!



Lulu 15/03/2011 07:05



Merci. :)



Axl 14/03/2011 10:57



Je me suis jurée de le lire mais je cours après le temps en ce moment et ça ne va pas se calmer tout de suite donc ça va attendre encore un peu.



Lulu 14/03/2011 14:40



L'avantage c'est qu'il va rester encore un moment sur les présentoires. ^^



Choupynette 14/03/2011 10:17



Je n'ai toujours pas lu l'auteur, qui m'intrigue beaucoup. On ne dit que du bien de lui. J'aimerais le découvrir.



Lulu 14/03/2011 14:41



Oui on en dit beaucoup de bien. Et je n'ai pas été déçue. Espérons que ça continue comme ça. :D