Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

L'élégance du hérisson, de Muriel Barbery

30 Janvier 2011, 18:16pm

Publié par Lulu

L'élégance du hérissonPrésentation de l'éditeur :

" Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. "

 

 

Mon avis : Suite au très bon film "Le hérisson" adapté de ce livre, la serveuse s'est enquise de trouver la version papier. Bon, il a fallu être patiente, car les versions d'occasion dans son repère à bouquins ne se bousculaient pas au portillon. Pourtant, l'attente fut finalement récompensée.

On a à faire à un livre très sympa, et pas bête (les deux narrateurs, Renée et Paloma, étant loin d'être incultes). L'histoire met un peu de temps à arriver, et on essaye surtout de comprendre les mentalités et points de vu de chacun. Sur le monde, la vie et les habitants du 7 rue Grenelle à Paris. Bon, parfois certaines pensées de Renée, quoi que très intéressantes en soi, paraissent anecdotique (cf. la phénoménologie). J'ai en revanche vraiment apprécier le regard qu'à Paloma sur le monde qui l'entoure.

En revanche, une fois que monsieur Ozu est dans la place, ça devient assez succulent. Bien sûr, je savais comment ça allait se finir pour avoir vu le film. Mais ça m'a surpris et bouleversé de la même façon. Je ne voulais pas que ça arrive, et pourtant il a bien fallu (ce genre de fin est d'ailleurs assez rare de nos jours).

 

En bref, un très bon livre avec lequel on passe un bon moment.

 

 

 

Extraits :

 

- « Ceux qui savent faire font, Ceux qui ne savent pas faire enseignent, Ceux qui ne savent pas enseigner enseignent aux enseignants Et ceux qui ne savent pas enseigner aux enseignants font de la politique. »

 

- « Personne ne semble avoir songé que si la vie est absurde, y réussir brillamment n'a pas plus de valeur que d'y échouer. »


- « Les perles blanches

Sur mes manches tombées quand le coeur encore plein

Nous nous quittâmes

Je les emporte

Comme un souvenir de vous.

                           (Kokinshu) »

 

- « Dans l'imaginaire collectif, le couple de concierges, duo fusionnel composé d'entités tellement insignifiantes que seule leur union les révèle, possède presque à coup sûr un caniche. Comme chacun sait, les caniches sont des genres de chiens frisés détenus par des retraités poujadistes, des dames très seules qui font un report d'affection ou des concierges d'immeuble tapis dans leurs loges obscures. Ils peuvent être noirs ou abricot. Les abricots sont plus teigneux que les noirs, qui sentent moins bons. Tous les caniches aboient hargneusement à la moindre occasion mais spécialement quand il ne se passe rien. Ils suivent leur maître en trottinant sur quatre pattes figées sans bouger le reste de leurs petits troncs de saucisse. Surtout, ils ont des petits yeux noirs et fielleux, enfoncés dans des orbites insignifiantes. Les caniches sont laids et bêtes, soumis et vantards. Ce sont les caniches. »

Commenter cet article

Louise C. 19/05/2011 00:05



J'adore ce livre. Je dois avoir un milliard de citations venues du bouquin dans mon petit carnet.


Allez, je file ! Pour de bon cette fois ^^.



Lulu 19/05/2011 09:50



Comme je te comprends, ses phrases sont délicieuses. :]



Choupynette 01/02/2011 18:05



j'ai été déçue par le livre, qui ne devient, pour moi, intéressant qu'à partir de l'arrivée d'Ozu. le reste du temps, ce fut ennuyeux.



Lulu 01/02/2011 19:24



Je suis d'accord, avant Ozu le temps peu sembler long, il ne se passe pas grand chose.



Nelfe 31/01/2011 10:22



Moi aussi j'ai bien chialé en lisant ce roman...


Notre avis plus en détail si ça t'intéresse: http://cafardsathome.canalblog.com/archives/2010/11/14/19602581.html


Il ne me reste plus qu'à voir le film maintenant :)



Lulu 31/01/2011 23:57



Comme j'ai lu le livre après, je ne saurais trop dire. Mais en tout cas, il m'a beaucoup plu. :)



Ori 30/01/2011 19:23



Gros, gros coup de coeur pour ce lvire, 'jai fini le kleenex trempé!



Lulu 30/01/2011 19:27



Moi aussi. Surtout que j'étais dans le bus à ce moment, c'était hyper pas génant. ^^