Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

La Confrérie de la dague noire, t1 : L'Amant ténébreux, de J.R. Ward

4 Décembre 2010, 23:50pm

Publié par Lulu

l'amant ténébreuxTatatatan ! Cette série fait pas mal parler d'elle ses derniers temps. Chez certains en bien, d'autres en vraiment moins bien. Ce qui m'a personnellement beaucoup intrigué c'est le fait de nous vendre des livres Bit-lit avec des couvertures dignes des meilleurs Harlequins orientés Fantasy. Rien que pour ça le premier tome méritait un coup d'oeil, ahah. Bien sûr, je ne vous dit pas le regard que m'a lancé le vendeur en caisse (le combo "titre + couverture sulfureuse", ça ne pardonne pas), heureusement que l'ouvrage était noyé dans une pile de romans un peu plus sérieux (enfin, plus ou moins), ça permettait de faire style (genre il n'est pas dupe, ahah).

Au début je comptais faire un article regroupant les deux premiers tomes. Et puis, mon avis sur le premier est devenu tellement long (comme vous pouvez le voir) qu'il est devenu préférable de scinder le tout. ^^

 

 

Présentation de l'éditeur :

Une guerre fait rage à l'insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ces guerriers sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. A sa tête, Kolher, leader charismatique et implacable... L'un de ses plus fidèles guerriers est assassiné, laissant derrière lui sa fille, une magnifique jeune femme, une sang-mêlé qui ignore tout de son destin. Et c'est à Kolher qu'il incombe de faire découvrir à Beth le monde mystérieux qui sera désormais le sien...

 

 

Mon avis : Vous aussi vous riez rien qu'en lisant le titre de ce tome ? Eh bah vous n'êtes pas au bout de vos surprises, hinhinhin.

À première vu, ce livre est un effet un mixte étrange entre un univers de Bit-lit, développant un monde fantastique qui à priori tient la route, et les codes et autres clichés qui peuplent les J'ai Lu pour Elle pour ne pas les citer (notez que je n'ai absolument rien contre ce genre, hein). Ici les vampires ne mordent pas les humains (ohoh, ça change pour une fois). On naît vampire ou humain mais les deux espèces ne se mélangent pas et vivent chacune de leur côté (les humains ignorant l'existence des vampires, bien sûr). Seulement voilà, Audazs, membre de la Confrérie (donc vampire) a eu une fille avec une mortelle. A la mort (hautement tragique) de celui-ci, Kolher va devoir respecter le dernier souhait de son camarade et s'occuper de sa fille afin que cette dernière survive à sa transformation d'humaine en créature de la nuit. Bien sûr, je ne vous fait pas un dessin sur ce qui va (très) rapidement arriver être ces deux là (la couverture vaut milles mots, hinhinhin).

 

Au début de l'histoire (soit le premier chapitre si je me souviens bien), j'avoue avoir été parfaitement larguée, du fait que les personnages, aucunement introduit de quelques manières que ce soit, se mettent parfois soudainement à changer de nom au profit d'une initiale (comme dans James Bond, voyez-vous), qui ne correspond d'ailleurs pas toujours à leur prénom d'origine. Par exemple : "Viszs" deviendra "V." mais "Audazs" sera "D.", allez savoir pourquoi... Les prénoms des membres de cette confrérie sont d'ailleurs assez drôles : Kolher, Zadiste, Fhurie, Rhage, Tohrment... au début j'ai cru à une sacrée blague (genre "naaaaaaaan, c'est pas possible, je suis encore en train de voir le mal partout") et puis au fil de la lecture tu te rends compte que leurs caractères sont en accord avec leur nom et là tu fais "ah ouais quand même... *silence dubitatif*". Hum, bref.


Ce qui m'a surtout fait beaucoup rire c'est le personnage de Kolher (notre "beau gosse" en titre du tome)(oui, si vous connaissez pas le principe de ce genre de séries : à chaque nouveau tome l'histoire change et le beau gosse/héros aussi). Ce mec est un cliché sur pattes, c'est assez impressionnant. Le genre de mec taille armoire à glace, hyper-méga baraqué, toujours à faire la gueule, ne sors jamais des phrases de plus de 4 mots d'affilés avec une affection toute particulière pour les monosyllabes (hum, tout ce que j'aime quoi)(ironie inside, hein) et surtout... jure à longueur de temps. Personnellement, que des personnages de romans sortent des grossièretés, j'm'en fiche pas mal, et dans Anita Blake je trouve ça parfaitement génial puisque toujours à propos. Ici, notre Kolher n'est PAS capable de dire UNE phrase sans rajouter "bordel, putain, merde, fait chier" (tiercé, quarté ou quinté gagnant, dans l'ordre ou non), c'est assez hallucinant.

Et si encore cette manie ne se limitait qu'à ce simple personnage, genre pour lui donner un style bad-boy (qu'il a de tout façon vu sa dégaine), passe encore. Cependant, le virus se répand dans toute la narration. Et vu que cette dernière adopte un point de vue interne, sans pour autant être un récit à la première personne, on a très souvent l'impression que la voix-off jure constamment, ce qui est on ne peut plus désagréable je dois dire.

De même, vous ne trouverez dans ce tome aucune marque de négation. Oui oui. Et ça aussi, eu bout d'un moment c'est pénible. (heureusement pour le tome suivant le traducteur change et la négation revient ! \o/)


Après, bon, je ne reviens pas sur les phrases bateaux et cucul la praline du genre, le fait que les mecs disent tout le temps "femelle" pour parler d'une femme (ce qui a le don de m'agacer je l'avoue)(même si je sais très bien que dans le texte c'est pour faire le distinguo entre les femmes vampires et humaines)(certes, mais quand même quoi), coupler par d'autres réactions dues à des remontées d'instincts animal (censé être sexy je suppose) du genre « J'ai envie de la marquer, que tous les autres mâles sachent qu'elle est désormais mienne. » (eh mec, si tu veux vraiment marquer ton territoire, tu peux aussi aller te trouver un arbre tu sais)(mouahahah).

Sans parler de l'héroïne (type), qui répond (SPOILER) oui sans hésiter ni réfléchir une seconde à la proposition de mariage du héros à la fin (alors qu'ils ne se connaissent que depuis quoi, un mois maxi) et bien sûr, vous pouvez être sûr qu'on la retrouvera enceinte au tome suivant (alors que dans la mythologie créee par l'auteur, les femmes vampires ne sont fécondes qu'une fois tous les dix ans, avec très très peu de chance de succès... hum).

 

Bref bref bref (je m'arrête là sinon demain on y est encore). J'enchaîne les coups de massue (hinhinhin), mais il faut quand même préciser que si vous arrivez à surmonter tous les mauvais points vu précédemment, l'histoire se lit quand même assez bien (c'est étonnant, je sais).

J'avoue avoir néanmoins carrément sauté touuuuuuuuus les passages relatifs aux éradiqueurs, car longs et inintéressants à souhait. Et franchement, ça ne m'a pas manqué une seule seconde dans la compréhension du reste de l'histoire. ^^


Sinon, l'histoire, bien qu'imparfaite par plein d'aspects, se tient et passe si on ne souhaite que passer le temps avec un bouquin pas prise de tête.

 

Voir aussi :
Tome 2 : L'Amant Eternel

Commenter cet article

caroline 12/08/2011 00:13



Par contre, je suis d'accord avec la plupart des gens: y TROP de sexe.



Lulu 15/08/2011 11:34



C'est vrai qu'il y en a énormément...



caroline 07/07/2011 19:37



Par contre, je comprend pas trop le coup des non négation... Oo Ca veut dire quoi pour toi?



Lulu 09/07/2011 19:36



Les phrases sans le "ne", du genre (je cite): "je la ramène pas devant lui", "je peux pas m'en charger", "il est pas là"... et ce dans tooooous les dialogues (un peu pour faire genre ça va, mais
là c'est trop). Dès qu'on s'en rend compte, ça devient pénible. ^^'



caroline 07/07/2011 19:34



MDR! C'est vrai, tu as raison sur beaucoup de points. Perso, j'adore ces bouquins (touts les goûts sont dans la nature!) mais ce que tu as écrit m'a bien fait rire. Même si au début, j'ai
commencé à m'enerver, du fait que j'aime ces livres, en te lisant, je l'avoue, je te donne raison. C'est exactement ça...



Lulu 13/07/2011 00:30



Ah, une fan qui a de l'humour ! J'adore ça. ^^ (c'est pas donné à tout le monde)



Luna 18/04/2011 14:17



Une jolie histoire malgré un peu trop de sexe (impossible de le lire en publique sans passer pour une obsédée qui lit des roman érotique dans les trams...)
Cela dit, les personnages sont très sympa !
Je viens d'ailleurs de poster mon avis sur ce premier tome de La Confrérie de la Dague noire sur mon blog...

Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!



Lulu 18/04/2011 20:26



Ah ça c'est sur que là du sexe, pour en avoir il y en a! :D (et je suis d'accord pour l'impossibilité totale de lire cette série dans les transports en communs, ahahah)



Pando 07/12/2010 21:39



Il parait que la trad est vraiment cata, ton billet confirme xD


J'ai le premier tome dans ma pàl en VO, mais je ne sais pourquoi, il ne cesse de reculer :P bah, je le lirais quand même bien un de ces jours, au 12ème degré ça doit très bien passer ^^



Lulu 07/12/2010 22:22



Je confirme, elle est assez immonde.  Au tome suivant ça va mieux, mais il faut déjà arriver au bout du premier. xD


Encore, ce n'est pas le pire niveau nombre de clichés à la minutes, mais c'est vrai qu'il vaut mieux ne pas trop le prendre au sérieux, sinon on s'excite vite contre les personnages ("mais t'as
pas fini de faire ton poseur oui ?!!!!")(ça sent le vécu), mouahahah!