Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Les Amours Imaginaires

9 Octobre 2010, 16:15pm

Publié par Lulu

Les-Amours-Imaginaires.jpgFrancis et Marie, deux amis, tombent amoureux de la même personne. Leur trio va rapidement se transformer en relation malsaine où chacun va tenter d'interpréter à sa manière les mots et gestes de celui qu'il aime...

 

 

Mon avis : En partant voir ce film, je pestais car mon ciné m'affichait "VF" sans autres choix possibles. Surprise dans la salle, lorsque le film commence, puisqu'il est vraiment en v.f. à la base : c'est un film canadien. Certaines phrases et expressions sont quand même traduites en sous-titres, ce qui donne l'effet d'une v.o.. Du coup moi ça me va (il en faut peu). C'est sûr qu'avec sa bande annonce muette avec pour seule phrase prononcée «Heartbreaker, that's you», si on ne fait pas plus de recherches sur le film (ce qui était mon cas), il n'est pas aisé de savoir à quelle sauce on va être mangé.

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, il ne s'agit pas d'une histoire de ménage à trois, mais plutôt l'histoire d'un 2 + 1. Francis et Marie, amis de longue date, tombent tout deux amoureux du beau Nicolas, et il n'est pas question de partager. Bien sûr, il ne sera pas non plus question de guerre des boutons, coups bas et crêpages de chignons ridicules que les comédies américaines aiment à nous montrer dès que deux filles se battent pour le même beau gosse. Grandissons un peu.

Ici, et le film porte bien son nom, on s'intéresse à toutes ces petites choses, artifices et codes de séduction liés à l'amour et qui rendent le coeur plus léger. On n'est plus vraiment sur terre et surtout on cache notre souffrance par des subterfuges (matériels ou de bonnes excuses) pour ne pas souffrir.

Ce film, tout en subtilité, rempli son histoire (un peu mince par endroits) par des témoignages qui viennent ponctuellement compléter la réflexion. Ces entrevues se voulant intimistes, le réalisateur use et abuse d'ailleurs des zoom/dézoom, ce qui finit par plus faire mal à la tête qu'autre chose.

Bon, il faut dire que le film souffre aussi de quelques longueurs et certaines scènes ne servent pas forcément à grand chose. Sans parler des effets et jeux de caméras tellement récurant qu'on finit par les remarquer (je ne parle même pas du coup de "la caméra tourne dans le feuillage des arbres" car depuis Fascination ce genre d'effet me donne des hauts le coeur, ahah).

On retiendra plus facilement le jeu excellent des acteurs mais aussi l'esthétique du film, avec le traitement de la lumière et la musique magnifiquement intégrée dans le film. Il faut d'ailleurs que je me pense sur cette très belle b.o. (et je ne dis pas ça parce que Indo fait partie de la playlist, hein)(ahahah!), il y a certains titres qui m'ont bien plu et dont j'aimerai bien connaître le titre.

La fin est bien vue et m'a également bien amusée.

 

En bref, un film pas parfait mais qui reste sympa. A voir pour son sujet et son esthétisme. Le format "ciné" est dispensable, il passera aussi très bien en dvd ou à la télé.

Commenter cet article

Mona 24/10/2010 13:34



Salut et bravo pour ton blog tant que j'y suis ... ton coin musical est un trésor !


Je viens de voir Les amours imaginaires, second film bien plus stylisé oui, le sujet est creux mais je pense que c'est volontaire : Dolan à l'art de s'attacher justement à ces petits riens, ces
silences, ces non-actes.


J'ai tué ma mère était ultra-personnel, mais j'ai retrouvé sa patte sur Les amours ..


++ pour la couleur, la photo, le beau des acteurs et leur jeu ainsi que la b.o., le Keep the streets empty for me de Fever Ray est sublime.   



Lulu 24/10/2010 17:22



Merci. ^^



Cachou 14/10/2010 20:53



Arch. Un deuxième film, c'est difficile. Mais bon, le deuxième film de Sofia Coppola étant quand même Lost in Translation, ben j'avais bon espoir pour celui-ci. Encore un gros mois avant de
savoir (sauf si j'arrive à trouver un autre moyen...)



Cachou 14/10/2010 15:54



Je n'ai lu que la conclusion parce que je ne veux pas être trop influencée et qu'il va finalement passer chez moi (à la fin du mois de novembre, mais au moins il passe). Tu as vue "J'ai tué ma
mère"? Parce que j'avais adoré le travail esthétique de ce film-là, qui apportait aussi quelque chose cinématographiquement parlant en plus d'une histoire bien foutue, et je me demandais s'il
s'était renouvelé, répété ou calmé dans son deuxième film...



Lulu 14/10/2010 20:50



Nan du tout. D'ailleurs je ne savais même pas que c'était lui qui avait réalisé "J'ai tué ma mère" avant de le lire dans une critique (québécoise d'ailleurs) lorsque je préparais cet avis. La
dite critique trouvait que "les amours imaginaires" était quand même moins bien que son premier opus. Après voilà, comme je n'ai pas vu ce dernier, je ne peux pas abonder dans ce sens ou non...



Yuko 10/10/2010 01:02



J'ai beaucoup hésité à aller voir ce film... (Difficile de se faire une idée avec la BA... Encore que je me fais rarement une idée avec les BA d'aujourd'hui... Puisqu'elle racontent souvent le
film...) au final, le fait que tu dises que le format ciné est dispensable me fait pencher pour le format DVD et je pense que je vais attendre encore un peu... ( mais qui sait...) 


En tout cas, l'esthétique a l'air des plus soignées. Si tu aimes les films esthétiques, je te conseille "The fountain" d'Aronofsky (le réalisateur de "Requiem for a dream") ou encore "Exilés" de
Johnny To :)


Chouette critique en tout cas ! C'est toujours sympa de connaitre ton avis :) A bientôt !



Lulu 10/10/2010 01:17



Je suis toute à fait d'accord, que c'est pénible ces BA qui racontent toute l'histoire !!! -_-


Le dvd est une bonne option je pense.


Oh oui, The Fountain ! J'adore ce film !!! :3 (et pas juste pour Hugh hein)(hihihihi) En revanche je ne connais pas Exilés. Il faudra que je m'y intéresse à l'occasion.


Prochaine critique de film : The Town. ^^



Choupynette 09/10/2010 16:59



pour ma part, j'ai fini par m'ennuyer... la répétition d'effets visuels (filtres couleurs, ralentis) devient lassante, car le propos lui-même n'est ni novateur ni traité de manière véritablement
intéressante;



Lulu 10/10/2010 01:36



C'est vrai que ces répétitions sont lassantes à la longue et l'histoire n'apporte rien de franchement nouveau en soi.