Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne

17 Novembre 2011, 12:35pm

Publié par Lulu

Les-Aventures-de-Tintin-Le-Secret-de-la-Licorne.jpgParce qu’il achète la maquette d’un bateau appelé la Licorne, Tintin, un jeune reporter, se retrouve entraîné dans une fantastique aventure à la recherche d’un fabuleux secret. En enquêtant sur une énigme vieille de plusieurs siècles, il contrarie les plans d’Ivan Ivanovitch Sakharine, un homme diabolique convaincu que Tintin a volé un trésor en rapport avec un pirate nommé Rackham le Rouge.

 

 

Mon avis : Ah, voilà enfin le fameux Tintin de Spielberg.

Le choix d'adapter Tintin en film est audacieux, il faut l'avouer. La Performance Capture est sans doute la meilleure option entre un film live (avec de vrais acteurs) et une adaptation animée. Surtout pour le personnage de Milou. Globalement, la technique s'est grandement améliorée ses dernières années et permet de rendre des personnages moins figés, surtout au niveau du visage et des textures. Dans ce film, Tintin, Haddock et les méchants sont plutôt bien animés. Le reste des gentils en revanche (et en particulier la Castafiore) souffrent encore de cette fameuse rigidité, avec des visages où seuls la bouche et les yeux semblent être capables de mouvements. Mais au delà de la technique, revenons-en au film.

Après avoir vu le faux générique de Tintin, le vrai m'a semblé beaucoup moins abouti. Certes, il rend fidèlement hommage au format bulles. Cependant, je l'ai trouvé longuet et un peu hors-sujet tant la mini-histoire avec la boule lumineuse n'a rien à voir avec celle du film. Puis le film commence. Les premières réactions sont (dans le désordre) : "Tintin est super jeune ! Quoi, Tintin est roux ?!!!! Eh mais Milou ne parle pas, c'est quoi ce bins ?! ".

En effet, si il est difficile de mettre un "vrai" visage sur les dessins très ronds et épurés d'Hergé, le Tintin de Spielberg m'a semble très (voire trop) jeune par rapport aux livres. On dirait qu'il n'a pas 20 ans et qu'il fait du journalisme seulement par soif d'aventure et de suspens pour pimenter sa vie de mec à chien (on dit bien une fille à chat, je ne vois pas pourquoi ici l'opposé de s'appliquerait pas, ahah). Niveau maturité et crédibilité, c'est pas ça. Surtout qu'avec le silence de Milou, Tintin a ici vraiment l'air niais à parler tout seul en exposant toutes ses pensées et questionnements à voix haute. Enfin, dans quel volume Spielberg a-t-il vu que Tintin était roux ? J'ai beau compulser le peu d'ouvrages du reporter que j'ai chez moi, il est tout le temps blond, y a pas photo. M'enfin.

Pour ce qui est de l'histoire, outre le fait que combiner 3 volumes était nécessaire pour remplir un film, on sent qu'Hollywood est passée par là. Il y a de l'action tonitruante constatment, des courses-poursuites toutes les trois secondes, et que ça tire et explose dans tous les sens. Un pure film d'action made in hollywood, la nana-potiche-copine du héros en moins (bah oui c'est Tintin). Mais plus encore, j'avais souvent l'impression de me trouver devant un jeu vidéo de style plate-forme : le héros va de lieux en lieux et d'indice en indice, se pose beaucoup de question débiles dont on n'a rien à faire ("mais qu'est-ce que ça veut dire ?" "Que veulent dire ces signes ?"), rencontre des personnages qui lui raconte leur histoire ou lui donne des objets pour poursuivre sa quête... pour arriver au boss de fin dans un combat sans merci. Le tout avec un personnage pricipal sur lequel on n'a pas vraiment le temps de se fixer. Il est le héros intrépide qui va résoudre l'énigme. Point.

Pour finir, je trouve dommage d'avoir utilisé de vrais acteurs célèbres qui sont absolument irreconnaissable dans les personnages qu'ils animent. Tout le long du film j'étais persuadée que Daniel Craig faisait Haddock, alors qu'en fait c'était Ivanivich Sakharine. De même pour les Dupont : impossible de savoir que c'était Nick Frost avant de le voir au générique de fin.

 

En bref, un film en demi-teinte. Divertissant mais pas plus, à voire si les prochains opus dirigés par Peter Jackson seront d'avantage à la hauteur.

Commenter cet article

Sombrelune 20/11/2011 20:45


Zut, j'ai oublié de dire qu'on remarque bien que Spielberg envisage un peu Tintin à la manière d'Indiana Jones (un autre américanisme, voire une auto-citation !) mais c'est loin d'être
désagréable et même plutôt amusant... *j'ai fini, juré*

Lulu 21/11/2011 21:40



XD C'est bien les avis développés, j'aime. Ton amour pour Tintin (et ce film) fait plaisir. ^^ (parce que Tintin, à la base, c'est plein de bons souvenirs)



Sombrelune 20/11/2011 20:31


Tiens... ben pour une fois que je connais le sujet et que j'ai un point de vue totalement différent, je vais me permettre de l'exprimer un peu en détails.


Pour ma part, j'ai lu Tintin toute mon enfance, j'y suis très attachée affectivement pour plusieurs raisons très personnelles, et ce que j'ai ressenti lorsque j'ai appris qu'il allait
être adapté au cinéma a d'abord été (sans être Belge pour autant) une grande fierté. J'ai été étonnée que des réalisateurs comme Spielberg ou Jackson s'intéressent à un personnage aussi
caractérisé historiquement et géographiquement parlant, et par là même "limité". Aller voir ce film m'a mis dans un état de joie euphorique enfantine comparable à celle que j'ai pu ressentir en
allant voir les différentes volets du Seigneur de Anneaux ou de Harry Potter. J'avais un peu peur d'être déçue par les choix effectués (et pourtant nécessaires vu qu'il s'agit
d'une adaptation), mais aussi de me trouver replongée dans cet univers un peu caricatural, il faut bien le dire : la bêtise des Dupont/d a de quoi énerver par moments, Haddock aussi, etc. Mais
non, pas du tout. Je suis ressortie enthousiasmée. Je pense que l'action constante, les merveilleux effets spéciaux (l'abordage en mer, la poursuite en moto) viennent justement compenser le côté
simple, voire primaire, et très statique de la BD.


Le générique est intéressant, avec un style très marqué, et la boule de cristal sert de fil rouge (certes, elle est omniprésente alors qu'il ne s'agit que d'une aventure parmi d'autres, mais
c'est un élément dynamique qui symbolise l'idée de la quête... et qui a dû parler à la génération Dragon Ball !). Il est vrai que la version de James Curran était très intelligente, quoique d'un
graphisme un peu minimaliste pour un générique de cinéma.


Que Tintin soit roux ne m'a pas du tout choquée. Pour moi, il a toujours été roux. Où l'as-tu vu blond ? Faire parler (ou penser) Milou aurait été difficile (par quel procédé ? une voix off ?
c'est très artificiel). En fait, il parle pour lui-même et pour le lecteur, par pour Tintin. Il n'y a pas de communication directe entre eux, et pourtant ils se comprennent. Milou est plus qu'un
simple chien, c'est sûr, il est trop intelligent et utile comme un ami (tout en gardant des travers de chien aussi ^^) et cela a été bien rendu par le film. La jeunesse de Tintin m'a un peu
étonnée aussi, mais je l'ai plutôt appréciée. Il ne faut pas chercher la logique dans ce personnage (Jamie Bell l'a dit dans une de ses interviews), parce qu'il n'y en a pas. Ou alors on finit
par se poser de drôles de questions... lol. Sa jeunesse le rapproche des enfants (un peu comme le petit Prince de St Exupéry) auxquels il plaît tellement, et qui n'ont pas besoin de savoir
piloter un avion pour rêver qu'ils le font, ou de se dire que foncer dans une quête à travers le monde plein de dangers et d'embûches est impossible. Ils veulent l'entreprendre et la conduire à
son terme. Ils aiment avoir un chien pour ami et ne s'intéressent pas aux filles (ou aux garçons !). Tout ce qui importe, c'est l'aventure. Et là, j'ai trouvé que l'adaptation était réussie. Ce
qui m'a le plus surprise, c'est peut-être que la Castafiore ne chante pas faux... Mais cela m'a permis de comprendre les choses différemment : après tout, c'est une chanteuse appréciée, en fait
c'est juste Haddock (et Milou !) qui ne supporte pas l'art lyrique (un peu comme un enfant à qui cela casse les oreilles et les pieds, d'ailleurs).


J'ai beaucoup aimé l'image, à mi-chemin entre le dessin et la réalité, très troublante. Le seul "américanisme" un peu décalé (mais après tout, pourquoi pas, ils se sont donné le mal de faire le
boulot, autant se l'approprier un peu !) est la bataille des deux "antagonistes" (le héros et le super-vilain) à la manière des Comics dans les grues. Mais c'est une manière de faire le lien
entre deux cultures ! *indulgence rime avec bienveillance* Bon, d'ordinaire, j'essaie d'être bon public parce que j'ai tendance à être souvent trop critique, mais là, mon coeur d'enfant a bondi
de joie. Et je suis heureuse que ces adaptations permettent de faire connaître les aventures du jeune reporter aux nouvelles générations ou à tous ceux qui ignoraient son existence à travers le
monde. Vivement les prochains ! : D

Mascha 20/11/2011 17:36


Je dois avouer n'avoir jamais lu Tintin, et je ne connais rien de l'histoire, si ce n'est le côté asexué qui lui a valu beaucoup de blague de la part des journalistes anglo-saxons. Et, à lire ta
critique et celles de tous les autres qui sont du même avis, je ne crois pas que découvrir cet univers via ce film soit une idée ingénieuse héhé. ^^'

Lulu 20/11/2011 18:42



Ahahah, en effet. Du coup maintenant tu vas être oooooooooooobligée de lire les albums pour connaîtres les vraies aventures de Tintin ! :D



Sybille 20/11/2011 14:37


je l'ai vu, je l'ai trouvé plutôt sympa mais c'est vrai que Milou qui ne parle pas m'a un peu destabilisée aussi :)

Lulu 20/11/2011 18:41



La parole (ou en tout cas, ses pensées) fait tout l'intérêt de Milou, c'est dommage.



Petite Etoile Sadique 20/11/2011 10:36


Oui, roux (première réaction aussi que au départ j'ai essayé de mettre sur le dos de l'éclairage XD) mais surtout: C'est quoi tous ces effets spéciaux?????


Par contre, Tintin est jeune, c'est normal.
Quant auxjournalisme, vu qu'on en parle qu'une fois dans les BD d'herger, je crois que Spielberg a essayé (contrairement à Herger) de justifier pourquoi Tintin savait piloter un avion par exemple
XD
Mais oui, il y a de nombreux reproches.
Après je fais partit des gens qui reste "gentils" si je puis dire ha ha (ce qui est très rare vis à vis des films) parce que Herger, c'est la bd au cadrage unique, aux nombres de bulles
incroyablement présentes et au héros transparent pour que tous puissent s'ydentifier à lui, donc un énorme défis à adapter qui , selon-moi, ne trouvera jamais de critiques plus que positives.

Lulu 20/11/2011 18:40



C'est vrai que dans les albums, le fait que Tintin soit reporter passe carrément à la trappe. On dirait plus un mec trop fouineur qui arrivent toujours à se mettre dans des situations pas
possible en voulant à tout prix découvrir la vérité sur tout et n'importe quel mystère. xD


Et puis je suis d'accord, les effets spéciaux... le combats de grues (en plus d'être totalement inventé) était de trop.


Ouais, c'était un défi c'est sur. :)