Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Les Chèvres du Pentagone

3 Avril 2010, 23:18pm

Publié par Lulu

Les-Chevres-du-Pentagone.jpgBob Wilton, un journaliste désespéré fait l'heureuse rencontre de Lyn Cassady, un soldat aux pouvoirs paranormaux combattant le terrorisme. Ils se rendent ensemble en Irak ou ils rencontrent Bill Django, le fondateur de l'unité, et Larry Hooper, soldat de l'unité qui dirige une prison.


Mon avis : Dernier volet de notre trilogie Ewan McGregor (après I Love You Pillip Morris et The Ghost Writer), avec Les Chèvres du Pentagone, qui au vu de la bande annonce s'avère méga kiffant. En effet, il y a de ça. Mais pas que.
La scène d'entrée est topissime : imaginez un mec (en l'occurrence un gradé militaire)(Stephen Lang), assis à son bureau, fixant avec beaucoup de concentration un point précis en face de lui. Les minutes passent. La concentration est à son comble. D'un coup, le mec se lève, court droit devant lui... et se mange le mur comme une merde. Il essayait de passer à travers.
Cela donne un peu le ton du film. Enfin, certaines parties en tous cas. Car on alterne entre des scènes hallucinantes et ubuesques au possible et des moments mous du genou où il ne se passe rien. Le film se perd un peu, et régulièrement on se demande vraiment où est-ce que l'histoire veut bien en venir.
À partir d’événements réels absurdes (les recherches parapsychologiques menées par l’armée américaine dans les années 1970), cette farce glisse pourtant une critique de la guerre en Irak, ainsi que du traitement de l'information par les médias. Tout cela par l'humour et la dérision. Cependant cela reste assez maladroit.

En revanche, cette brochette d'acteurs est géniale et rondement menée. On sent qu'ils ont dû se faire plaisir en faisant ce film. Ça va de Clooney qui annonce à Ewan Kenobi qu'il est un jedi (je ne vous dit pas sa tête)(ce terme m'a d'ailleurs fait rire à chaque fois qu'il le prononçait), ou qui démontre les potentialités meurtrières d'un couteau en plastique, Jeff Bridges en colonel "Dude" hippie avec cheveux long et grigris autour du coup, ou encore Kevin Spacey et son sourire vicieux. Sans parler des références à Star Wars à tous les étages et toutes les subtilités du genre.

Au final, d'avantage récit initiatique que pur film engagé, Les Chèvres du Pentagone est sympa et se laisse voir, sans marquer nos esprits plus que ça. À voir pour ses acteurs et le traitement de son sujet particulier (une armée de médiums).


Note : les prochains jours vont être au menu "cinéma power" avec L'Arnacoeur, Fantastic Mr. Fox, Dragons, et si tout va bien, Alice.

Commenter cet article

Fanchon 05/04/2010 13:27



Je voulais aller le voir mais je vais plutôt attendre sa sortie en DVD alors...


Biz et merci pour cette critique !



Ashtray-girl 04/04/2010 11:57



Ah, comment j'ai kiffé! Franchement, ça a beau être par moments un peu poussif et maladroit, quelle partie de rigolade, bon sang! J'ai halluciné très agréablement sur ce film... Gros coup
de coeur pour le casting.



Ori 04/04/2010 09:39



Grosse, grosse déception pour moi! Tout était dans la bande annonce!



Lulu 04/04/2010 17:04



J'avoue, une grande partie des bonnes poilades étaient connues d'avance. Heureusement pour moi je n'avais vu la b.a. qu'une fois, et distraitement. ^^