Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Mademoiselle Else, de Arthur Schnitzler

4 Avril 2011, 21:33pm

Publié par Lulu

Mademoiselle Else SchnitzlerPrésentation de l'éditeur :

Else doit trouver cinquante mille florins pour sauver sa famille de la ruine. Un vieux monsieur se propose de les lui fournir en échange de quoi il veut "voir" la jeune fille. Else commence par se révolter mais, traversée de désirs obscurs, troublée par des images qu'elle enfermait en elle, elle finit par s'y résoudre. Cela se fera publiquement, le soir, dans la salle de musique de l'hôtel.

 

 

Mon avis : Qu'il est étrange ce petit livre (122 pages, de mon édition chez Stock)(mais existe aussi chez Poche). Ou plutôt, qu'elle est étrange cette demoiselle Else.

Durant tout le long du livre on ne fait que suivre le fil de ses pensées. Else doit s'humilier en demandant la charité à un ami de son père afin qu'il règle la dette de ce dernier.

Le problème est qu'être dans la tête de Else est fatiguant. Je dirais même usant. « Ai-je l'air gracieux cette fois ?[...] Ai-je répondu gracieusement ou hautainement ?[...] Pourquoi est-ce que je marche aussi lentement ? Aurais-je peur de la lettre de maman ? ». Au début la description des divers protocoles de la bienséance en société, à travers toutes ses questions et réflexions, est intéressante. Cependant, dès que Else commence à se faire des films et à croire à ses délires jusqu'à partir dans la folie, c'est pas toujours facile. En fait, elle m'a donné mal au crâne, ahah. L'hystérie est très bien décrite et le récit montre bien comment le poids des conventions peut amener des esprits déjà fragiles à des gestes absurdes (bien qu'il y ait ici manifestement des antécédents favorables à de telles crises). Heureusement, le livre est court car plus j'aurais fait une overdose.

 

En bref, un livre intéressant pour le caractère névrosé de son personnage, mais fatiguant à la longue.

Commenter cet article

Cachou 05/04/2011 08:53



J'ai déjà lu un livre de cet auteur que j'ai aimé. Mais je dois dire que je suis peu cliente de l'hystérie décrite par les hommes, surtout à cette époque-là, parce que je trouve que c'est une
terme qu'on utilise trop et trop à la légère, vu tous les concepts plutôt écoeurants qu'il recouvre... Mais bon, qui sait, peut-être que ça passerait pour ce livre-ci. Mais je n'ai quand même pas
trop envie d'essayer...



Lulu 05/04/2011 20:42



Je crois que le terme d'"hystérie" n'est pas employé en tant que tel quand le livre. Mais si l'héroïne avait dit tout haut le fil étrange de ses pensées, un des personnages aurait bien été
capable de le prononcer. M'enfin.