Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Mémoires d'un jeune homme dérangé, de Frédéric Beigbeder

13 Février 2010, 17:30pm

Publié par Lulu

m-moire-d-un_jeune_homme_derange.jpgQuatrième de couverture :
« Le roman le plus snob de la rentrée ? N'hésitez pas : ce sont les Mémoires d'un jeune homme dérangé, prestement enlevés par un godelureau éthylique, nihiliste et sarcastique.»
Roland Jaccard, Le Monde.

« On pense à Musset, à Poil de Carotte, au poil à gratter. »
Jean-François Kervéan, Globe.

« L'élégance déjantée de son style cache beaucoup d'efforts, et comme un retour à l'esprit des fondateurs : Beigbeder est le Morny du nightclubbing. »
Marc Lambron, Le Point.

« Paris ressemblera donc à un chapitre de Fitzgerald. »
Eric Neuhoff, Madame Figaro.

« On réédite mon introuvable premier roman ? Zut ! Il va donc cesser d'être culte ? »
Frédéric Beigbeder, joint par téléphone.


Mon avis : Voici donc le premier roman de Frédéric Beigbeder et premier volet de la Trilogie Marronier (nom dû à son personnage/double favori "Marc Marronier"), que je finis enfin (la serveuse a lu la trilogie à l'envers, ne lui demandez pas pourquoi).
Il ne faut jamais prendre les livres de l'auteur au sérieux (et en particulier ceux avec Marc Marronier), sinon on en vient vite à les détester purement et simplement. Les histoires et situations sont absurdes au possibles (sans pour autant égaler "Je m'appelle Jeanne Mass" dans le côté "tout part en sucette arc-en-ciel", qu'on se rassure), les jeux de mots et blagues à deux balles pullulent*... bref ce n'est pas de la daube, ni de la grande littérature, mais si on aime le genre on se marre bien.
Mémoires d'un jeune homme dérangé contient déjà l'ensemble du style de Beigbeder. Style qui n'évoluera pas, ou très peu dans ses livres suivants. Cela donne un bon aperçut. Mais un aperçut très concentré : à force de répéter les même tournures ou farces, ça en devient un peu lassant. La preuve : un peu après avoir terminé l'ouvrage, la serveuse a voulu lire son dernier opus "Un roman français", dont on lui a venté le contenu. Cependant, trop de Beigbeder nuit. Il faut lire l'auteur à petite dose et surtout espacer les prises, sinon c'est l'overdose (son apitoiement systématique sur son physique devient pitoyable et ses blagues font soupirer et lever les yeux au ciel).
Mémoires d'un jeune homme dérangé est un premier roman sympathique mais pas indispensable, qui pose déjà les bases et questionnements qu'on retrouvera dans Vacances dans le coma et surtout L'amour dure trois ans (sûrement le meilleur des 3).


Extraits :

« Les filles sont irréelles, elles se promènent comme des anges sur l’arc-en-ciel de nos rêves. »

« Je peux regarder des civilisations disparaître, des villes flamber ou des planètes exploser sans réagir. Mais montrez-moi une larme sur la joue d’une femme et vous ferez de moi ce que vous voudrez. »

« A quoi reconnaît-on un bon restaurant ? Les verres à vin y sont plus grands que les verres à eau. »

« Quiconque prétend comprendre la société devrait obligatoirement s'asseoir au bord de la piste de danse d'une boite de nuit pendant une heure en prenant des notes. »

« En ce temps là, tout était grand. Nous passions nos journées dans de grandes écoles et nos nuits dans de grands appartements. Nous avions de grandes mains, des grands-parents et de grandes espérances. Les adjectifs qui revenaient le plus souvent dans nos conversations étaient "grandiose", "immense", "gigantesque", "énorme". Nous-mêmes n'avions probablement pas terminé notre croissance. De grands hommes ordonnaient de grands travaux, d'autres opéraient de grands changements un peu plus à droite sur la carte de la Grande Europe. De grandes épidémies menaçaient nos grandes envolées lyriques. Nous avions grand peur que cela ne tourne mal. A force, nous étions tentés d'être des gagne-petit. »



CLAP-Amelie.jpgLe moment C.L.A.P. :
Lu dans une salle de ciné en attendant qu'Avatar commence. Un couple était assi à côté de moi, et leur conversation avait l'air tellement passionante que le mec ne cessait de loucher sur mon bouquin, pour voir ce que je pouvais bien lire.


* La serveuse s'est tordue de rire devant celle-là, car elle-même aurait été capable de la sortir tant elle est nulle :
« Anne voulait changer de l'argent à la banque mais je l'en ai empêchée : le marché noir est bien plus avantageux. J'ai donc abordé un Tchèque dans le rue mais il est resté de bois*. Il m'a indiqué un endroit où ces transactions se pratiquaient.
 __________
 *Attention : un calembour pitoyable se cache dans cette phrase. Sauras-tu le retrouver ? (Note de l'auteur.)
»

Commenter cet article

Alicia 25/02/2010 18:40


ps: je regarde une série depuis quelques jours qui s'appelle THE OFFICE (la version US) tu connais? :] J'aime trop!


Lulu 25/02/2010 21:17


J'ai regardé les premiers épisodes, car j'aime beaucoup l'acteur principal. Mais j'ai dû l'arrêter par manque de temps. Il faut que je la continue à l'occasion (comme je ne sais pas combien
d'autres séries d'ailleurs, ahahah *rire jaune*).


Alicia 25/02/2010 18:39


oui c'est sur que ça permet de débuter des conversations xD
Mais la plupart du temps je ne fais pas de remarque sur ce que lise les gens dans ma fac..je suis trop timide x__x""


Alicia 18/02/2010 10:38


ps: moi aussi j'adore essayer de voir ce que les gens lisent dans les transports en commun, à ma fac... d'ailleurs dans un de mes cours j'ai vu quelqu'un lire "les piliers de la terre" de Ken
Follet, je l'enviais car j'ai très envie de le lire celui ci XD


Lulu 18/02/2010 19:30


Oh mais c'est cool ça, c'est une très bonne excuse pour entamer la conversation ("Oh tu lis ça ! Ca fait des mois que je bave dessus, il est bien ?"). mdr XD


Alicia 18/02/2010 10:36


Je n'ai encore jamais lu de livres de Beigbeder. 99F m'attend pourtant dans ma pal!


Lulu 18/02/2010 19:31


99F est top. La fin part en sucette mais le reste est bourré de phrases cultes. :D


Cachou 14/02/2010 22:50


Je ne sais pas expliquer pourquoi, mais j'ai beau ne jamais avoir lu le monsieur, je sens au fond de moi que je n'aimerais pas ses livres. C'est bizarre?

Pour le moment CLAP, ta remarque me fait rire parce qu'en général, c'est moi qui essaie de voir ce que les autres lisent quand je prends des gens en flagrant délit de lecturage en lieu public! (ben
oui, je suis plutôt (très) curieuse)


Lulu 14/02/2010 22:56


Non je ne pense pas que ce soit bizarre. Et puis ce n'est pas grave, on le droit de ne pas avoir envie de lire tel ou tel auteur (encore heureux). ^^

Ahahah! Moi aussi dans le bus ou le métro j'adore savoir ce que les gens lisent.