Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Scott Pilgrim vs. the World

14 Décembre 2010, 10:00am

Publié par Lulu

Scott-Pilgrim.jpgScott Pilgrim n’a jamais eu de problème à trouver une petite amie, mais s’en débarrasser s’avère plus compliqué. Entre celle qui lui a brisé le cœur – et qui est de retour en ville – et l’adolescente qui lui sert de distraction au moment où Ramona entre dans sa vie - en rollers - l’amour n’a jamais été chose facile.

Il va cependant vite réaliser que le nouvel objet de son affection traîne les plus singulières casseroles jamais rencontrées : une infâme ligue d’ex qui contrôlent sa vie amoureuse et sont prêts à tout pour éliminer son nouveau prétendant.

 

 

Mon avis : ENFIN !!!!!!!!!! Youhou, Scott Pilgrim est ENFIN en salle ! Boudiou, ça n'a pas été simple.

Petit rappel de l'historique : au départ le film était prévu peu de temps après sa sortie US, c'est à dire début août. Puis mystérieux report direction la mi-octobre, et enfin re-report pour ce début décembre... j'ai cru qu'on n'en verrait jamais le bout de cette bobine. Et encore, il faut savoir que seulement 60 copies sont présentes dans les cinémas français. Autant dire que dalle et que si il passe par chez vous, vous êtes un sacré veinard. A Lyon, loué soit le dieu du Ciné, UNE salle le proposait (sur les chépascombien qu'on a, hein). Bon, en VF, certes (on y reviendra)(hinhin), mais il y était quand même. Eurêka. Mais passons à la critique.


scott1.jpgCe film est du geekisme en barre ! Je comprends qu'il soit difficile à cibler marketinguement parlant et qu'il ait fait un bide au box office US (rappelons que Kick-Ass a eu le même sort, et kick-Ass, c'est de la balle). Car ici, et pour une fois dans cette vague geekesque qui nous submerge (j'entends par là The Big Bang Theory et Kick-Ass principalement), on ne vise pas les geeks fans de comics et de super-héros, mais les geeks fans de gaming (et je dirais même de rétro-gaming). Ce qui n'est pas du tout la même chose.

De plus, si les deux titres précédemment cités font dans l'humour et les références globalement assez accessibles par une grande majorité de la population, SP enchaîne quant à lui les blagues obscures. D'autant qu'ici, le spectateur n'est pas guidé : pour une fois (oui parce que des fois me prendre pour un veau ça me saoule), on ne te dit pas quand il faut rire. Pas de "rires" américains en fond sonore ni de pauses dans les dialogues ou de grimaces signifiant qu'en fait là et ben c'était drôle. T'as perçu la référence, t'es un winner, sinon tans pis pour toi, de toute façon on n'a pas le temps il faut qu'on enchaîne. Personnellement j'adore le principe. Bon, faut dire aussi que (heureusement car j'en doutais au départ, vu que je ne suis pas une gameuse) j'ai le minimum vital de connaissances nécessaires en rétro-gaming pour tripper devant ce genre de film, ahah (ça aide, je vous le dis). Les références filent aussi vite que le film et tout va à 100/h, t'as intérêt à être hyper attentif.

Après, c'est sûr que si vous n'avez jamais joué à des jeux d'arcades ou jeux de combats dans votre vie, le film ressemblera à vaste un enchaînement de chorégraphies creuses avec des onomatopées de partout. Point. C'est sûr que c'est moins fun.


scott2.jpgDu coup, ce film est génial dans le sens où tout est construit comme un jeu vidéo des années 90. En particulier les fighting games à la Street Fighter et Mortal Kombat, avec ses arrêts sur image, effets sonore, décompte de point, récolte de « coins », l'acquisition de nouvelles capacités, une ligue de méchants à combattre pour arriver jusqu'au boss de fin de niveau... mais aussi dans  le cadrage et les chorégraphies des combats.

Très peu de références sont accordées aux comics ou aux mangas. Pour ce dernier genre par exemple on peut seulement noter (pour ce que j'ai pu relever, hein, mais il faut que je revois le film de toute façon), les couleurs improbables et changeantes des cheveux de Ramona (typique des héroïnes d'anime ou de jeux vidéo de combats jap'), et la suite d'incantations de symboles Ninjustu (cf. "Naruto") effectuée par l'un des exs de Ramona (ne me demandez pas lequel par contre, ahahah). Ça c'était terrible ! (seulement j'étais la seule à rire dans la salle à ce moment-là. J'avoue m'être sentie à la fois hyper fière et seule au monde. huhuhu)

 

scott4.jpgAprès, au delà des simples successions de références, le film n'est pas parfait non plus. Alors, je ne sais pas si c'est à cause de la VF (vraiment eeeeeeeexécrable)(mais on y reviendra)(hinhinhinhinhinhin), mais j'ai trouvé que le film souffrait de sacrées longueurs entre les scènes de combats. En fait, dans l'optique de vouloir regrouper tous les volumes de la BD (oui à la base SP c'est une BD)(non ce n'est pas un manga ! Car originaire du Canada et se lit de gauche à droite)(oui je suis chiante là-dessus, je sais. mouahahah) en un seul film (tout le monde ne peut pas s'appeler Harry Potter, n'est-ce pas), les méchants s'enchaînent presque sans liens et de façon hyper décousue à mesure qu'on avance dans le film. De même, pour certains exs ça dure et ça dure, tandis que d'autres sont expédiés en deux-deux (on ne sait pas comment Ramona en est venue à sortir avec les jumeaux. Je suis frustrée, c'est justement ceux qui m'intéressaient le plus !).


scott6.jpgBien, pour ne rien arranger, on nous a fourni une V.F. moisie de chez moisie, rendant les meilleures blagues v.o. vraiment nases une fois traduites. Et si encore il ne s'agissait que d'un problème de traduction, passe encore. Mais là les doubleurs semblent n'avoir aucune motivation et font irrémédiablement retomber l'effet drôlissime en moins de temps qu'il ne le faut pour le dire. Connaissant la grande majorité des vannes du film à l'avance du fait de mes moult recherches d'extraits (en attendant que ce film veuille bien sortir), j'ai pu rire aux bons moments. Seulement, si j'étais néophyte, franchement je ne les auraient pas du tout trouvé poilantes. Au cause de cette v.f. (ça tiens à rien).

 

Scott7.jpgPour finir sur une note positive (je voulais aussi parler des acteurs mais mon article devient vraiment trop long, ahahah), notons que ce film délire est doté d'une excellente B.O., et ça ça fait zizir. D'un, on a le droit a des bonnes musiques qui mettent la pêche et la banane ("It's Getting Boring By The Sea" des Blood Red Shoes ou encore "Black Sheep" de Metric), de deux le groupe même du héros dans le film, les Sex Bob-Omb (j'adore ce nom) fait des vraies et des pures chansons (avec des paroles bien délires également : "Garbage Truck" est énorme !). Mon seul regret est la non-présence de "Invaders Must Die" des Prodigy, entendue dans la bande-annonce du film. Mais bon, on a quand même du bon son qui fait plaisir aux oreilles.

 

 

En bref, un film délire et bien délirant (même si pas parfait partout) à réserver aux amateurs de jeux vidéos et à voir en v.o. et v.o. uniquement.

Commenter cet article

Neph 14/12/2010 12:33



Merci pour ton avis ultra détaillé ! Si j'arrive à le trouver, j'irai avec plaisir ! J'adore Michael Cera depuis Arrested Development !



Lulu 15/12/2010 15:06



Sinon en dvd je pense qu'il sera également fun ! :)