Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Sherlock Holmes 2 : Jeu d'ombres

19 Février 2012, 17:03pm

Publié par Lulu

Sherlock-Holmes-2-Jeu-d-ombres2.jpgSherlock-Holmes-2-Jeu-d-ombres.jpgSherlock Holmes a toujours été réputé pour être l'homme à l'esprit le plus affûté de son époque. Jusqu'au jour où le redoutable professeur James Moriarty, criminel d'une puissance intellectuelle comparable à celle du célèbre détective, fait son entrée en scène… Il a même sans doute un net avantage sur Holmes car il met non seulement son intelligence au service de noirs desseins, mais il est totalement dépourvu de sens moral.

 

 

Mon avis : Le premier film avait fait sensation par son côté décalé qui redonnait un bon coup de fouet aux adaptations du célèbre détective (mais ça c'était avant que la BBC s'en mêle)(j'y reviendrai). Sa fin ne pouvait que laisser place à une suite où le non moins célèbre adversaire de Holmes, Moriarty, dévoilerait les détails de son jeu diabolique. La bande-annonce de cette suite en faisait des tonnes, un peu trop même, laissant craindre que le film entier serait du même ton. Hélas, trois fois hélas...


Sherlock-Holmes-2-Jeu-d-ombres4.jpgCommençons d'abord par les bons points. Dans la salle, le film fait son petit effet et on ne peut s'empêcher de pouffer ici ou là aux blagues foireuses de Holmes ou à ses déguisements ridicules (il faut avouer que le justaucorps/pyjamas-camouflage est vraiment fun, bien que vraiment invraisemblable). Subtilité quand tu nous tiens (ironie inside), mais ça marche. Les acteurs sont toujours aussi bons dans ce qu'ils font et on sent qu'ils se sont amusés à faire certaines scènes. La photographie et les décors sont toujours aussi beaux, avec un bonus extra pour la scène de poursuite en forêt qui est particulièrement réussit (avec les arrêts sur image et le traveling sur la tête du bras-droit de Moriarty). Bref, on s'amuse et on passe globalement un bon moment.

 

Sherlock Holmes 2 Jeu d'ombres3Le problème est "après, qu'est-ce qu'il en reste ?". Ce second film use et abuse des bonnes ficelles/artifices du premier jusqu'à les rendre indigestes. Un combat au ralenti c'est bien, trois ou quatre qui durent 3 plombes, ça gonfle. Les déguisements à répétitions, les indices trop flagrants disséminés tout au long du film, les avances de Holmes à Watson... On tombe hélas dans la démesure américaine habituelle. De fait, le film tout entier est un stéréotype de grosse production US : le héros va réussir à stopper le méchant qui veut détruire le monde, tout va très vite, tout le monde court tout le temps, ça tire/explose de tous les côtés et l'habituelle course en voiture poursuite s'est savamment transformée en fusillade dans un train (allant très vite pour l'époque)(Et dire que dans certaines nouvelles de Conan Doyle, Holmes résout l'enquête en ne bougeant pas de la pièce... *soupir*). Seule entorse aux règles d'usages : pas de jolie nana (blonde à forte poitrine) qu'il faut sauver, Noomi Rapace se débrouille très bien toute seule (même si son rôle est à peine plus utile). Sherlock lui même est devenu on ne peut plus américain : si Watson peut encore se targuer d'être qualifié de "so british", l'allure nonchalante, toujours à moitié déshabillé et parfaitement inconvenante du détective finit par lasser (Shelock avec le col relevé sur les affiches... WTF ??!). On a à faire à un grand esprit excentrique, mais pas à un Sherlock incarnant le raison pure, rigide, pragmatique et efficace, agissant de manière froide et coincée (si le Shelock de Robert Downey Jr. ne peut pas être qualifié d'une chose, c'est bien de "coincé")(or plus coincé que Sherlock, c'est dur à trouver)(non Sheldon ne compte pas).

 

Sherlock-Holmes-2-Jeu-d-ombres1.jpgEn ce qui concerne les autres personnages, on regrette bien sur le départ d'Irène Adler, tellement plus charismatique que Simza (Noomi Rapace). Ensuite, le bât blesse vraiment pour le personnage de Moriarty. Certes, je suis influencée par la (génialissime) version de la BBC (traduction : REGARDER la série "Sherlock" vous devez ! C'est trop trop bien) où Moriarty est juste un grand malade doublé d'un génie hors du commun. Le genre de mec qui fait vraiment peur rien qu'en pensant à ce qu'il est capable de faire ou d'entreprendre. Ici, ce n'est pas le cas. C'est un pseudo vilain qui n'a de "grand adversaire de Sherlock Holmes" que le nom. On semble d'avantage avoir à faire à un combat d'égos (sur-dilatés, certes) plutôt qu'à un combat de grands cerveaux (un peu comme dans Death Note en fait)(pour ceux qui connaissent). La fin tire d'ailleurs tellement en longueur qu'à les voir blablater on en oublie les enjeux premiers de ce jeu de chat et la souris. Hum.

 

En bref, un film efficace en soi qui s'éloigne cependant beaucoup trop des récits de Conan Doyle, américanisant tout sur son passage. On perd ce qui faisait l'intérêt du premier film et l'âme de son personnage principal. Quel dommage.

Commenter cet article

La Palatine 28/02/2012 23:35


J'avais bien aimé ce film car je l'avais trouvé distrayant et j'aime de toute façon ce genre de film. De l'humour, de l'action, du XIXème siècle.. Mais tout ce que tu dis est vrai : Pourquoi
faire partir Irène Adler?! c'est vrai aussi que c'est du vu et revu..bref tu as raison. Le film a perdu la subtilité du vrai Sherlock Holmes! Moriarty fait pitié. Maintenant que tu me le dis je
me rend compte de tous les défauts de ce film! ^^"


bisous :)

Lulu 05/03/2012 21:12



Ahah, désolé de t'avoir gâché une partie de ton plaisir. ^^'



Sombrelune 24/02/2012 23:09


Je reviens vers ton article que j'ai relu avec grand intérêt après avoir réussi à pondre finalement le mien (oui, je n'en fais pas souvent, aussi je m'applique bcp ^^). Je suis assez d'accord
pour dire que ce Sherlock-là est revu à l'aune des X-Men, et que Ritchie s'est aussi beaucoup rapproché de Tarantino dans l'esprit. Mais, est-ce qu'il n'est pas Britannique, pourtant ? Je suis
aussi rassurée de voir que je n'ai pas été la seule à trouver le personnage de Simza inutile (même si l'on ne peut rien reprocher à l'actrice). Beaucoup l'ont adorée... En revanche, ce Moriarty
ne m'a pas complètement déplu, je lui trouve un air barbare qui a son intérêt. Mais c'est clair, leur lutte est bien une question d'orgueil. Je crois qu'il y a quand même un peu de ça, aussi,
chez Holmes d'habitude : il est très fier de son intellect et cherche un adversaire à sa mesure. C'est pour cette raison que la comparaison avec Don Juan était bien trouvée. Plus que long à
finir, le film m'a paru long à démarrer. Le début est plein de pirouettes et de démonstrations, et l'intrigue et l'action mettent du temps à arriver. Ce que j'ai regretté surtout, c'est qu'il se
soit autant éloigné de l'esprit du premier, et je pense que le problème vient surtout de l'écriture et de la conception de l'histoire, car les scénaristes ne sont pas les mêmes. Sinon, une chose
est sûre, l'image est belle et les acteurs sont bons *contente dès que Sherlock est dans les parages de toute façon*. : D

Lulu 05/03/2012 21:19



Ah, les scénaristes ne sont pas les mêmes ! Tout s'explique (enfin presque) ! :D C'est vrai que la différence avec le premier est vraiment nette. Ce qui est dommage car le premier avec vraiment
beaucoup de bons côtés.



Sybille 24/02/2012 11:46


J'ai beaucoup aimé pour ma part mais c'est vrai que l'histoire s'éloigne beaucoup des récits de Conan Doyle !

Lulu 05/03/2012 21:20



Un peu trop à mon goût, même si cela reste divertissant. ^^



petite etoile sadique 23/02/2012 22:01


je crois que j'ai uniquement rit au passge du poney et au coup de seringue que se prend le chien -__-,


Sinon, comme tu dis, on abuse trop des bonnes choses. Notemment des déductions à l'avance sur les coups adverses qui devient digne d'un pouvoir X-men -___-,

Lulu 05/03/2012 21:24



Et même, pour le poney on nous en remet au moins 3 couches au cas où "vraiment" on avait pas compris qu'il fallait rire du ridicule de la situation. -_-'



La plume et la page 22/02/2012 14:07


Pas le même avis que toi sur Moriarty. Je trouve qu'au contraire c'est un méchant qui a du génie. Il est au moins aussi doué que Sherlock même si lui préfère les forces du mal...

Lulu 23/02/2012 17:30



J'avoue que comme ses explications étaient moins claires que celles d'Holmes, je n'ai toujours compris l'ensemble de ses tratégies. Ca a dû jouer...