Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Somewhere

10 Janvier 2011, 22:15pm

Publié par Lulu

Somewhere-.jpgJohnny Marco, auteur à la réputation sulfureuse vit à l'hôtel du Château Marmont à Los Angeles. Il va recevoir une visite inattendue : sa fille de 11 ans.

 

 

Mon avis : Chouuuuuuuuuuuuette, un nouveau Sofia Coppola ! La serveuse adore Sofia Coppola. Et le temps commençait à être long depuis son dernier Marie Antoinette. C'est donc toute contente qu'elle est allée voir ce nouveau bébé le jour même de sa sortie (en fait c'était fortuit, mais faisons comme si j'avais compté les jours jusqu'à son arrivée en salle avec des cris de groupie hystérique)(nan en fait on va enlever les cris, faut pas pousser non plus)(ahahah).

Seulement, une fois le générique de fin apparu à l'écran et la direction vers la sortie prise, la serveuse fut saisi d'une impression étrange (qui ne lui arrive pas souvent) : elle ne savait pas quoi penser de ce film.

 

D'un coté on a un discours original (dans son traitement) sur les dessous de la vie de paillettes sans paillettes justement. Johnny Marco est un acteur de ciné en vogue, mais une fois sorti de ses ponctuelles séances photos, conférences de presse & co. qui égaillent son emploi du temps, Johnny se fait chier. Certains trompent l'ennui en enchaînant fêtes sur fêtes, s'entourant de tonnes d'"amis" h24, achetant des tonnes de trucs, flambant toute leur fortune pour combler le vide de leur existence. Jonnhy est arrivé au stade "blasé" un peu plus vite. Oh, de temps en temps il y a bien toujours une fille mignonne qui passe dans le coin et qu'on ne se refuse pas. Mais le reste du temps, bah le temps est long. Très long.

A cela arrive Cléo, sa fille. Elle va lui montrer avec encore plus de clarté le désert qu'est sa vie. Ça fait mal. Cependant, a-t-il suffisamment mal pour changer la donne ? Hmm hmm... (la serveuse se rend compte qu'elle est en train de commencer à spoiler une bonne partie du film, et donc décide de laisse quelques gouttes de suspense quand même)(non, ne me remerciez pas)

 

Somewhere1-.jpgCet aspect de la célébrité est très bien perçu, très bien exprimé est surtout magnifiquement bien interprété. Stephen Dorff est parfait du début à la fin. Pareil pour Elle Fanning, qui est d'une pureté et d'une innocence rare dans ce film, une vraie bouffée de fraîcheur. De nos jours, il est rare de voir au cinéma des gamins qui se comportent vraiment comme des gosses de leur âge, avec toute la candeur et la naïveté dont ils sont encore l'objet. Soit on en fait des débiles profonds (le môme qui ne panne vraiment rieeeeen à ce qui se passe autour de lui), soit on en fait des ados hyper matures avec des discours d'adultes et des tenues qui ne le sont pas moins. Là, Cléo ne se posent pas de questions eeeeeeeeeeeeexistentielles sur les fringues ou les garçons, et boudiou que ça fait du bien !!!

 

Maintenant, tous ces bons points n'empêchent pas le fait que les plans filmés sont à  la hauteur de l'ennui de notre héros : extrêmement longs et fatalement ennuyeux. Ce qui est tout à fait cohérent avec l'ensemble, nous sommes d'accord. Le problème c'est que du coup, comme Jonnhy, bah on attend, on attend, on attend... et comme sa vie est insipide au possible, bah comme lui, on se fait chier. On a beau savoir et comprendre tout le contexte (c'est à dire les paragraphes ci-dessus), plus les heures depuis la séance passent, plus le seul aspect qu'on retient de ce film finit par se résumer à "Je me suis quand même sacrément emmerdé(e) dis donc".

Le test ultime pour savoir si ce dernier avis est le bon est très simple : se demander si revoir le film prochainement (au ciné ou plus tard en dvd) nous plairait. La réponse dans la tête de la serveuse est unanime : une fois ça va, mais deux... pffff, nan, vraiment trop long. Voilà.

 

 

En bref, un avis mitigé qui tire plus vers la déception qu'autre chose.

D'autres on adoré et ne tarissent pas d'éloges. Ce que je conçois tout à fait car le sujet est bien amené, nous donnant une autre image de l'envers de la vie de star que celle qu'on a l'habitude de nous montrer. Néanmoins, le thème de l'ennui s'est communiqué à la serveuse et a eu raison d'elle, ahah.

Commenter cet article

Celine___ 15/01/2011 12:36



C'était tout pareil pour moi, j'adore Sofia Coppola mais j'ai été déçue par son nouveau film :( beauuuuucoup trop de longueurs et pas assez de blabla je trouve.



Lulu 16/01/2011 00:42



Certains diront que ce ne sont pas des longueurs mais des "subtilités qu'on n'a pas saisi"... mouais, j'ai des doutes. ahah



Sybille 13/01/2011 23:05



Ah dommage ! j'aime beaucoup Sofia Coppola aussi, mais ça dépend des films, je n'avais pas vraiment aimé Lost in translation, par contre, j'ai adoré virgin suicides et Marie Antoinette



Lulu 16/01/2011 00:40



Oui c'est dommage en effet.



Pando 12/01/2011 18:22



Merde, ça fait un avis en plus qui se rajoutent aux avis négatifs ou en demi-teinte que je lis, mais j'ai quand même envie de le voir... c'est normal ou je suis juste trop amoureuse de Stephen
Dorff? xD



Lulu 13/01/2011 14:13



Ahahahah! C'est vrai que Stephen Dorff est un bon argument. Et puis il est absolument parfait dans ce film. :D



Ori 11/01/2011 11:18



Oh oui, moi personnellement, j'ai failli mourir d'ennui, j'ai détesté!



Lulu 11/01/2011 22:10



Comme je te comprends...



Choupynette 11/01/2011 10:43



ton avis cadre totalement avec ce que j'en ai lu jusqu'ici... beaucoup de déception donc. Pour ma part, la BA m'avait déjà ennuyée donc...



Lulu 11/01/2011 22:10



La BA sonnait très "Lost in translation". Et ce dernier était bien donc ça aurait pu le faire. Mais non. -_-