Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
The L Café

Une forme de vie, Amélie Nothomb

24 Août 2010, 07:00am

Publié par Lulu

une forme de vie amélie nothombPrésentation de l'éditeur :

« Ce matin-là, je reçus une lettre d'un genre nouveau. »

Amélie Nothomb

 

 

Mon avis : Comme toutes les rentrées littéraires, à l’heure dite, Amélie Nothomb sort son nouvel opus avec une promptitude impressionnante. La 4ème de couverture, obscure comme à l’accoutumée, ne nous éclaire que peu sur le contenu de ce nouveau bébé. Tout comme ce titre : « Une forme de vie ». Avec l’habitude, on se doute qu’il est tiré d’une ligne du texte. Oui mais de laquelle, et surtout, dans quel contexte ?

 

« Ce matin-là, je reçus une lettre d’un genre nouveau » ainsi commence ce livre. Amélie Nothomb, on le sait, entretient une correspondance hallucinante, répondant à tout son courrier des lecteurs et ce depuis ses débuts. On ne peut qu’imaginer les montagnes de lettres qui doivent l’assaillirent continuellement.

Parmi cette multitude, une lettre retient son attention. Elle vient d’Irak, d’un 2e classe de l’armée américaine posté à Bagdad. Un certain Melvin Mapple. Nous sommes en décembre 2008. Dans cette lettre Melvin exprime sobrement sa pensée face à cette « fucking war », sa souffrance et le fait qu’il sait qu’Amélie, elle au moins, pourra le comprendre. Point. Intriguée, l’auteure ne sait vraiment comment réagir à cette missive si particulière.

Au fil des révélations et confidences du soldat, ce dernier et l’auteure vont correspondre durant deux ans. Melvin souffre en effet d’un traumatisme particulier dû à la guerre, un mal peu médiatisé : c’est un soldat obèse. Melvin mange pour oublier et combler le vide créé par les atrocités du front. Et il n’est pas le seul...

 

Ce roman change des autres ouvrages de l’auteure. Ici pas de personnages aux noms improbables, pas de mots à coucher dehors, juste un homme pensant trouver écho dans l’auteur dont il a dévoré les œuvres. Amélie en profite d’ailleurs pour mettre au point une certaine typologie de ce qu’il faut faire et ne pas faire lorsqu’on lui écrit. Pas qu’elle soit un tyran égocentré, mais il est vrai qu’au vu de nombreux exemples qu’elle donne, beaucoup lecteurs ne sont pas toujours commodes. Entre ceux qui écrivent des pages et des pages, ceux qui exigent une relation exclusive et particulière, qui ne font que raconter leurs malheurs, qui pensent qu’elle a un carnet d’adresses épais comme la Bible (et international de surcroît), ou qui lui demande purement et simplement de l’argent (oui oui !), on trouve des choses assez hallucinantes.

 

La fin est surprenante (comme souvent chez Amélie Nothomb) et ne se termine pas vraiment. De fait, on en revient à remettre en question l’ensemble de l’histoire et sa véracité. Histoire vraie ou pur roman d’invention, qui sait ? Dans tous les cas, cet ouvrage se lit très bien, très vite ; et nous montre une Amélie correspondante, vraie, simple, avec ses attentes et ses coups de gueules. Une entrée dans l’intimité d’un auteur, différente de ses autobiographies et mais qui lui ressemble tout autant.



Une-forme-de-vie.jpgCe livre a été chroniqué (très sérieusement, uhuh, c'est rare)(mais bon, Amélie le vaut bien) dans le cadre d’un partenariat avec Chroniquesdelarentreelitteraire.com et Ulike (merci d'ailleurs pour cet envoi)(des carambars, hiiiiiiiii !).

 

 

Extraits :

« L'obésité, elle, n'est pas bizarre en Amérique, elle est seulement ridicule. (...) L'armée des U.S.A. peut tout accepter, sauf d'être grotesque. »

 

« Si Melvin était un artiste, je l'avais privé d'une qualité essentielle à l'art : le doute. Un artiste qui ne doute pas est un individu aussi accablant qu'un séducteur qui se croit en pays conquis. Derrière toute oeuvre, se cache une prétention énorme, celle d'exposer sa vision du monde. Si une telle arrogance n'est pas contrebalancée par les affres du doute, on obtient un monstre qui est à l'art ce que le fanatique est à la foi. »

 

« Il y a des personnes que je connais uniquement par l'épistolaire. Certes, je serais curieuse de les voir, mais c'est loin d'être indispensable. Et les rencontrer ne serait pas inoffensif. En cela, la correspondance rejoint cette importante question littéraire : faut-il rencontrer les écrivains ? »

Commenter cet article

Nico 02/09/2010 16:34



Certes mais l'ayant pourtant lu la semaine dernière, je n'en ai presque plus de souvenirs: embêtant! oui je voulais parler des lecteurs correspondants: il y a notamment un passage vers la fin du
livre où elle évoque les problèmes qu'évoquent ses correspondants, mais elle l'évoque avec mépris, sans sentiment ni émotion, comme si elle voulait faire prendre conscience à son lectorat de sa
petitesse et sa banalité. Evidemment, ça peut se comprendre si elle reçoit cinquante lettres par jour, mais elle n'aurait pas du le mettre dans son livre, je ne trouve pas ça correct.
De toute façon, ce n'est clairement pas la raison principale pour laquelle je n'ai pas aimé ce roman, c'est avant tout parce que j'ai l'impression qu'elle tourne en rond (même s'il est vrai
qu'elle a fait un léger effort en passant à une forme épistolaire) et aussi parce que je me suis ennuyé. Bref, j'attends le jour où Amélie passera à un délire totalement différent.



Lulu 02/09/2010 22:52



Ah oui exact. Ce passage m'a surpris. Elle a manqué de diplomatie sur ce coup là. En lisant ce passage je me souviens mettre sentie mal pour ces lecteurs qui avaient déballé leur vie croyant bien
faire et se reconnaîtrait en lisant ses lignes...


Ahah, moi aussi j'attends un futur gros délire de sa part ! :D (d'ailleurs j'aurais bien aimé qu'elle aille jusqu'au bout du "je transporte des armes chimiques et nucléaires" à la fin. Mais non.
Dommage. ^^)



Nico 01/09/2010 14:46



Je suis moins enthousiaste que toi, je trouve que ce roman, comme ceux des dernières années, n'a pas la qualité de Cosmétique de l'ennemi, Hygiène de l'assassin ou encore Mercure. Amélie nous
sort toujours un peu les même sujets (ici l'obésité et la disgrâce physique), bref on a toujours cette impression de réchauffé. Ajoutons que j'ai trouvé un manque de rythme à ce roman (hormis les
trente dernières pages, plus prenantes) et que l'auteure m'a semblé méprisante envers ses lecteurs. Bref, une déception en ce qui me concerne.



Lulu 02/09/2010 14:56



C'est aussi ce que j'ai ressenti face à ses derniers livres ("Ni d'Eve ni d'Adam" mis à part peu être, car pour moi ses autobiographies ne sont pas comparables à ses romans) par rapport à ses
tous premiers. Celui-ci à au moins le mérite d'innover un peu, ne serait-ce que dans la forme épistolaire et son encrage dans le réel. Habituellement, les histoires d'Amélie me semblent souvent
se dérouler dans un espace hors du temps, dans un univers qui n'est pas vraiment le notre. Mais il est vrai que ces sujets de prédilection sont toujours les mêmes. ^^


Hum, pour ce qui est du mépris, je pense qu'il s'adresserait plutôt à ses lecteurs/correspondants qu'à ses lecteurs tout court. Elle n'a pas parlé des séances de dédicaces par exemple. Juste de
lettres dont les auteurs abusent et se permettent des choses qu'elle n'apprécie pas.


Bien sûr, il ne vaut pas ses premiers opus. C'est loin d'être son meilleur livre, ahah. Cependant, il a eu la capacité de m'intéresser et je n'ai pas eu de mal à le finir. Chose qui ne m'était
pas arrivée depuis pas mal de ses rentrées littéraires. ^^



dreams-clothes.over-blog.com 31/08/2010 14:34



Cela me donne vraiment, vraiment envie de le lire. C'est vrai qu'il a l'air complètement différent de ce qu'elle avait l'habitude de faire.



Lulu 31/08/2010 19:28



Ca change. Après on aime ou on n'aime pas ce changement, c'est selon. Mais vu que ces derniers opus n'était pas tip top, faire autre chose est parfois une bonne solution. ^^



Paradoxale 26/08/2010 20:22



Décidément, je n'entends que du bien du dernier Nothomb ! Le dernier que j'ai lu d'elle est Le Fait du Prince, très sympa, j'avais bien aimé. Celui-ci m'a l'air d'être vraiment différent de ce
qu'elle fait. Enfin bref, je le note :)



Lulu 27/08/2010 14:15



J'avais moyennement accroché au Fait du Prince, mais celui-ci se prend moins la tête que ses précédents ouvrages, se rapporchant même de ses autobiographies. C'est sympa. :)



sandy 26/08/2010 11:32



J'hésitais à me procurer celui-ci mais tu a su me tenter ! ;o)



Lulu 27/08/2010 14:17



J'espère qu'il te plaira. ^^